Editeur : Bragelonne
Date de sortie : 16 novembre 2016
Genre : high fantasy

Synopsis

Dans le royaume d’Ombre, les femmes qui possèdent le don sont persécutées par le Clos, ordre religieux patriarcal qui voit en elles une menace. C’est dans la cité devenue légendaire de Sav-Loar, protégée par une série de sorts et d’illusions au cœur de la forêt des Songes, que se réfugient ces femmes depuis des décennies.

Lorsqu’à l’adolescence, Bleue découvre ses puissants pouvoirs, elle s’allie à un groupe d’esclaves pourchassés par des hommes du Clos pour rejoindre la ville des magiciennes bannies. Au cours de ce périple dangereux, elle croisera Fèl, une beauté manipulatrice et éprise de liberté, et Til’Enarion, un redoutable membre du Clos qui traque les jeunes magiciennes pour les éliminer…

Les prémices d’une guerre impitoyable se profilent entre les magiciennes et le Clos. De quel côté se rangeront Bleue, Fèl, Til’Enarion et leurs compagnons dans ce conflit ? Un mythe pourra-t-il renverser l’ordre établi ?

Critique

Non pas un, mais deux ouvrages excellentissimes !

Ayant laissé quelques souvenirs en Ombre depuis L’héritage des Rois-Passeurs, c’est avec un plaisir non dissimulé que je me suis plongée dans cette lecture… et je ne suis pas déçue ! Les illusions de Sav-Loar, ce n’est pas moins de 670 pages de pur bonheur, mais je n’en attendais pas moins de Manon Fargetton, dont le talent ne fait plus aucun doute à mes yeux. Avec ce second tome, elle a donné davantage d’ampleur à son imaginaire, et j’en suis impressionnée !

Une merveille de la fantasy moderne

Dès les premières pages, l’auteure nous invite à découvrir de nouveaux personnages, leur histoire, leur personnalité et toute la complexité de leurs facettes, tantôt rayonnantes, tantôt plus sombres. Je suis d’ailleurs dans l’incapacité de déterminer à qui va ma préférence : Fèl la fière aux innombrables ruses, Minuit le magicien aux dons exceptionnels et à l’histoire déchirante, Oreb le guerrier sage ou encore Bleue, si mystérieuse…

Les pages défilent, mais on n’en a jamais assez ! De la citadelle de Sker Nazâr à la forêt des Songes, ce n’est que joie et tristesse, découvertes et stupéfactions. Bref, un maelström d’émotions qui n’a pas cessé un seul instant de m’emporter. Jusqu’au bout, Manon Fargetton nous convainc de l’existence de l’univers qu’elle a créé de toutes pièces. Le combat des magiciennes, la dévotion des prêtres gris, les intrigues politico-religieuses : tout contribue à faire de cet ouvrage, une véritable réussite !

Un léger détail

Je n’émettrai qu’un seul – minuscule ! – reproche : selon moi, l’auteure emprunte parfois quelques « raccourcis », notamment en ce qui concerne les relations qui se sont nouées entre Ashar et Bleue, et entre celle-ci et Cendre. Mais ce n’est jamais qu’une goutte d’eau dans un océan de contentement.

Alors, je n’ajouterai qu’une chose : à quand la suite ?

Du même auteur

L’héritage des Rois-Passeurs, Manon Fargetton
Aussi libres qu’un rêve, Manon Fargetton

Publicités