Editeur : Gallimard Jeunesse
Date de sortie : 6 juin 2013
Genre : heroic fantasy (jeunesse)

Synopsis

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Critique

Une découverte de taille !

Et oui, moi aussi j’ai craqué et me suis lancée dans la lecture de La Passe-miroirce phénomène littéraire qui a envahi la blogosphère ! – de Christelle Dabos. Celle-ci était d’ailleurs présente à Trolls & Légendes 2017, ce qui m’a permis de faire dédicacer mon exemplaire :

IMG_0625

Maintenant que j’ai dévoré le premier tome de cette série à la vitesse grand V, je ne peux que remercier ceux qui m’y ont poussée ! Car cela ne fait aucun doute : La Passe-miroir a su se débarrasser des clichés du genre, alors même que le synopsis annonçait un mariage arrangé, situation somme toute banale. Que d’originalité pourtant dans cet univers pour le moins étrange, puisque Dieu l’a brisé en morceaux !

Alors, certes, cette saga est destinée à la jeunesse, ce qui est plutôt un point faible à mes yeux. J’admets que cela a tendance à me rebuter, car j’aime les récits complexes à l’intrigue inextricable, ce que l’on retrouve presque exclusivement en fantasy adulte. Cependant, l’histoire se destine, selon moi, à toutes les tranches d’âge (à partir de 12 – 13 ans, tout de même).

Ainsi, malgré un rythme linéaire – on ne suit jamais qu’un seul personnage à la fois – et une action peu présente en première partie – il fallait bien s’imprégner des règles de ce nouveau monde –, j’ai été emportée par l’histoire sans même m’en rendre compte ! Le tout est bercé par une plume qui ne s’encombre pas de fioritures. C’est fluide, sans lourdeurs et extrêmement prenant, l’auteure parvenant toujours à nous surprendre. En un mot : chapeau, Christelle Dabos ! Elle a, selon moi, réussi le pari de rendre accessible, dès les premières lignes, un univers pourtant complexe à bien des égards.

Des personnalités qu’on n’oubliera pas de sitôt !

Parlons un peu des personnages. Si Ophélie me semblait au départ un tantinet trop effacée à mon goût, c’est avec plaisir que j’ai assisté à sa transformation. Car, sous ses dehors de vieille fille, se cache un caractère bien trempé, en fin de compte.

Par contre, s’il y en a bien un qui m’intrigue au plus haut point, c’est Thorn, sombre individu aux pensées insondables. Tout au long de ma lecture, j’ai tenté de le percer à jour, mais il n’a jamais fait que se dérober à mes analyses, ne me permettant pas de le comprendre vraiment. J’espère que la lecture du tome 2 m’y aidera.

Quant aux autres personnages – la tante Roseline, Berenilde ou encore Archibald –, ils ont toutes des personnalités bien distinctes qui nous font, parfois simultanément, les aimer et les détester. Bref, j’ai adoré être le témoin de leurs aventures et, pour certains, de leur rapprochement. On les voit tour à tour se révolter, s’éloigner et se rapprocher pour mieux s’apprivoiser au fil de complots qui les dépassent tous. Et, finalement, l’auteure nous surprend encore en abordant une question qui semble au-delà des préoccupations humaines : quelle est la volonté des Dieux ?

Vivement le tome suivant…

Du même auteur

La Passe-miroir, tome 2 : Les Disparus du Clairdelune, Christelle Dabos
La Passe-miroir, tome 3 : La Mémoire de Babel, Christelle Dabos

Publicités