Editeur : Livre de poche
Date de sortie : 15 octobre 2014
Genre : heroic fantasy

Synopsis

La jeune Shai a été arrêtée alors qu’elle tentait de voler le Sceptre de Lune de l’Empereur. Mais au lieu de l’exécuter, ses geôliers concluent avec elle un marché : l’Empereur, resté inconscient après une tentative d’assassinat, a besoin d’une nouvelle âme. Or, Shai est une jeune Forgeuse, elle possède la capacité magique de modifier le passé d’un objet, et donc d’altérer le présent.

Grâce à ce talent, Shai doit forger le simulacre d’une âme. Une tâche ardue, sur laquelle repose le destin de l’Empire… et le sien.

Critique

Une imagination… qui défie l’imagination ?

Ce n’est pas mon premier livre de Brandon Sanderson – j’ai d’ailleurs chroniqué Warbreaker, ainsi que Brasier, le tome 2 de Cœur d’acier – et, chaque fois, je suis soufflée par l’originalité, la force et le détail des univers qu’il crée de toutes pièces. Je ne sais où il puise son inspiration, mais je suis sincèrement admirative de ses idées, plus innovantes les unes que les autres.

Et, ici aussi, la magie a opéré ! Dans L’âme de l’empereur, l’auteur nous fait découvrir l’art à la fois convoité et prohibé des Faussaires, ces êtres capables de modifier des objets, voire des personnes, dans leur essence même. Si ce concept peut paraître banal au premier abord, détrompez-vous : la Falsification exige le respect de règles pointues auxquelles Shai, notre héroïne, doit se soumettre pour accomplir sa mission. Et quelle mission : façonner une nouvelle âme pour l’empereur, qui n’est plus qu’une coquille vide.

Au cœur de la psychologie des personnages

Le livre ne faisant que 195 pages, Brandon Sanderson a principalement axé son récit sur deux personnages. En premier lieu, Shai, une jeune fille dont la passion pour la Falsification tourne à l’obsession. Emprisonnée pour avoir tenté de dérober une relique sacrée, elle se voit confrontée à un dilemme : relever le défi qui lui est imposé – ce qui l’obligerait à se dépasser plus que jamais – ou berner ses geôliers pour mieux s’enfuir. Car rien ne lui garantit la vie sauve, si ce n’est la parole de vieux arbitres, des politiciens ambitieux et arrogants.

Parmi eux, se trouve Gaotona. Contrairement à ses comparses, ce dernier semble doté d’une plus grande sagesse. Malheureusement, le respect de ses principes lui a progressivement coûté son influence. Néanmoins, Shai découvre en lui un grand homme, presque un grand-père, auquel elle s’attachera peu à peu.

En bref, l’entièreté de l’histoire repose sur l’évolution de ces deux personnages, sur la compréhension nouvelle qu’ils accorderont à l’autre, malgré leurs différences. Une relation aussi complexe qu’émouvante, aussi inattendue qu’inévitable.

En conclusion : un one-shot excellent, mais bien trop court !

« C’est déjà terminé ?! », voilà ce que je me suis dit en refermant ce bouquin. Les pages ont défilé tellement vite que je n’ai pas vraiment eu le temps d’appréhender la fin. En d’autres termes, je n’étais pas prête à quitter cet univers fascinant, et pourtant… Si j’avais été à la place de Brandon Sanderson, je n’aurai pas ajouté un mot de plus à cette histoire fabuleuse.

Du même auteur

Warbreaker, Brandon Sanderson
Cœur d’acier, tome 2 : Brasier, Brandon Sanderson

Publicités