Editeur : auto-édition (Les éditions du net)
Date de sortie : 12 décembre 2014
Genre : high fantasy

Synopsis

Éthan et ses compagnons sont parvenus à Endraïle, mais il s’avère que le jeune Ythérien n’est pas l’un des Gardiens… Le Haut Conseil le soupçonne, en outre, d’être une arme utilisée par les Sorciers pour éliminer les enfants de la prophétie. Entre deux maux, les Sages décident tout de même de l’autoriser à rester au Palais des Mages afin de le surveiller. Ce jeune homme intrigue particulièrement le Haut Sage Allarus et l’énigmatique Mage elfique.

À mesure que Hala et les trois autres Gardiens apprennent à se connaître et qu’Irina se démène pour préserver la ville d’Antalia des assauts des soudards, Éthan recherche des informations le concernant : qui est-il ? Mais, voilà que l’un des Gardiens est la cible d’un attentat. Tous les yeux se tournent vers le jeune homme qui ne cesse de clamer son innocence. Qui pourra alors apporter la lumière sur ces mystères et aider nos héros ? Où les mèneront les prophéties ?

Rejoignez Éthan et ses amis pour découvrir les différents peuples des Terres d’Avalyn : Elfes, Acarans, Ictars, Finaï, Dragons, Rockshriim, Nâgas, Drows… et la Prêtresse lunaire.

Critique

Un niveau au-dessus

Après une petite coupure avec L’âme de l’empereur et Phobos, j’ai décidé de reprendre La prophétie des éléments, séduite par cette superbe couverture qui remporte ma préférence.

Et… surprise : j’ai dévoré ce deuxième volet en quelques jours à peine ! Moi qui craignais que James Tollum ne parvienne pas à se renouveler, j’ai constaté une nette progression, notamment vis-à-vis de la forme. Ici donc, moins de répétitions dissonantes, de fautes d’orthographe et d’erreurs de syntaxe. Alors certes, il en reste un peu, mais l’effort est à souligner ! Tout comme cette belle dédicace :

IMG_0106

Quant au contenu, laissez-moi vous dire qu’il m’a séduite, malgré quelques maladresses dues au genre…

Un rythme haletant

Linéaire dans Gardiens, l’intrigue prend davantage d’ampleur grâce à un plus grand nombre de personnages. Différents points de vue sont ainsi abordés et permettent de bâtir, petit à petit, la trame de l’histoire.

Éthan étant bien entendu au cœur de toutes les interrogations, La prêtresse lunaire est principalement dédié à la quête de son identité. Progressivement, les évènements qui se succèdent font s’effondrer toutes les certitudes que l’on avait à son sujet, même si on se doute bien qu’il n’est pas à la solde des Sorciers. Néanmoins, on s’éloigne un peu de la prophétie en lien avec Apophian, et cela a été une agréable bouffée d’air frais. Par ce biais, le récit gagne en matière, et tant mieux !

A cela, viennent s’ajouter le destin des Gardiens, la prophétie des Nâgas – oui, encore une, ce qui commence à faire beaucoup ! – et la survie d’Antalia sous la direction d’Irina. D’ailleurs, celle-ci a beaucoup évolué et, même si son attitude nouvelle me semble un poil improbable, j’ai aimé la découvrir sous cet angle. Concernant les autres personnages, pas de changement majeur : ils restent de parfaites caricatures dans le plus grand respect de la high fantasy.

Enfin, petit bémol : les découvertes qui permettent à nos compagnons de mieux comprendre la prophétie (le collier des Nâgas, les coutumes des Ictars…) ne tiennent parfois qu’à un fil, ce qui m’a quand même fait grimacer.

Une fin un peu précipitée

Alors que je trouvais le rythme de ce deuxième volet effréné mais, somme toute, bien géré, la fin m’a paru un tantinet bâclée. A croire que l’auteur était pressé d’en finir. Pourtant, les révélations de dernière minute méritaient selon moi que l’on s’y attarde un peu plus.

Malgré cela, j’ai très envie de me lancer dans la lecture du tome 3. En espérant que celui-ci soit encore mieux !

Du même auteur

La prophétie des éléments, tome 1 : Gardiens, James Tollum
La prophétie des éléments, tome 3 : Apophian, James Tollum