Editeur : Plume Blanche
Date de sortie : 5 septembre 2017
Genre : dystopie

Synopsis

Parqués entre des murs et des clôtures, les Hommes survivent comme ils le peuvent.
Arrivés en bas de la chaîne alimentaire, ils sont épargnés grâce à l’Accord : tous les trimestres, des fourgons d’êtres humains sont offerts aux Autres afin de les nourrir. Mais comment choisir qui doit vivre et qui doit mourir ?

La règle est pourtant simple : seuls les délinquants sont envoyés de l’autre côté du mur, dans la Fosse.

Critique

Une petite arnaque ?

C’est ce que beaucoup de lecteurs se diront en découvrant ce premier tome, et à raison ! En effet, la quatrième de couverture laisse présager un récit où de sombres créatures dévorent régulièrement des humains, avec le consentement de ces derniers. Eh bien, en vérité, ce n’est pas tout à fait ça !

Le Survivant raconte l’histoire d’un ado de 17 ans, Soen, dont la vie n’est pas franchement une partie de plaisir. Battu par sa tante, contraint de voler pour le compte de celle-ci, envoyé dans un établissement de redressement, il ne sait plus comment s’en sortir… ni comment échapper à la Fosse. Voilà ce qu’aurait dû refléter le synopsis de ce livre !

Pour autant, malgré cette mauvaise surprise, je me suis laissé prendre au jeu et n’ai pas pu lâcher ce bouquin avant la fin ! Je vous explique pourquoi juste après cette petite dédicace de l’auteure, lors des Halliennales 2017 (encore !) :

dedicace-les-autres

Un récit poignant

Sandra Moyon a su trouver les mots pour faire ressentir au lecteur les peines de son personnage principal. J’étais agrippée au livre, grimaçais lorsque Soen était victime de tortures horribles et souriais lorsque son ami Josh tentait de l’aider à la hauteur de ses moyens.

Pourtant, je ne suis pas une grande fan des belles histoires d’amitié que rien jamais ne brise – d’ailleurs, la dernière en date est celle d’Omnia et elle m’a tapé sur les nerfs ! – mais là, ç’a fonctionné à merveille. Peut-être parce que cela est bien plus crédible chez des ados encore à fleur de peau ?

J’ai néanmoins trouvé que l’âge de Soen sonnait faux. Personnellement, je lui aurais plutôt donné 14 ans, pas plus.

On a échappé de peu aux clichés…

…même s’il y en a quelques-uns. Et oui, notre héros arrive en cours d’année dans un nouveau lycée et, bien entendu, la grosse brute par excellence exige qu’il lui rende quelques menus services. Ajoutez à cela une tante acariâtre et un meilleur ami prêt à tout pour lui venir en aide. Banal, vous en conviendrez !

Mais, mais, mais… En fait, je ne sais pas trop ! D’habitude, les clichés m’exaspèrent et me donnent envie de fuir, mais ça ne m’a pas dérangée outre mesure, ici.

Peu de révélations pour un livre assez court

172 pages, voilà le nombre exact. Et, clairement, pour un premier volet, cela a un goût de trop peu ! On a à peine le temps de s’attacher à Soen qu’il faut déjà lui dire « au revoir ».

De plus, j’ai été un peu déçue par la découverte de ce que sont vraiment les Autres. Je m’attendais à davantage d’originalité de la part de l’auteure. La fin – un véritable cliffhanger ! – a néanmoins attisé ma curiosité, ce qui me donne envie de lire la suite. Rendez-vous en septembre 2018 pour l’étape 2 !

Du même auteur

Les Autres, étape 2 : Le Calice, Sandra Moyon

Publicités