Editeur : Pocket jeunesse
Date de sortie : 22 novembre 2018
Genres : fantasy, aventures (jeunesse)

Synopsis

Les vacances d’hiver n’ont jamais semblé aussi longues à Bailey tant il est pressé de retrouver Taleth, son Animas, à l’Académie Montclair. Hélas, les Dominae cherchent par tous les moyens à capturer le beau tigre blanc. Bailey et ses amis vont devoir se lancer dans un dangereux voyage à travers le royaume pour les arrêter…

Critique

Un deuxième volet à la hauteur du premier…

…mais pas de coup de coeur ? En vérité, c’est un peu plus compliqué que ça. Pour moi, Le vrai roi est aussi bon que L’héritier, mais c’est ce dernier qui m’a permis de découvrir l’univers fantastique d’Animas. En d’autres termes, le plaisir de la découverte m’a semblé inégalable, raison pour laquelle je n’ai pas classé ce tome 2 en coup de coeur.

Toutefois, cela ne m’a pas empêchée de le dévorer en un week-end, tant il est addictif ! Alors, surtout, ne vous fiez pas au synopsis bateau ; cette saga vaut vraiment le détour.

Un tome de transition ? Pas pour Animas !

Ce que bon nombre de lecteurs redoutent avec les volumes intermédiaires, et à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une trilogie, c’est qu’ils se révèlent inutiles, sans intérêt. Eh bien, je vous rassure tout de suite : C. R. Grey, forte de son scénario, vous réserve encore des surprises, et pas des moindres.

Dans Le vrai roi, de nouveaux complots apparaissent, les enjeux gagnent en ampleur, la révolte gronde. En effet, les Dominae, et en particulier Viviana, n’ont pas l’intention d’abandonner leur désir de conquête…

Un talent qui se confirme

Dans le premier numéro, l’auteure a déjà prouvé qu’elle était capable de choix audacieux, mais néanmoins réussis, et elle réitère cet exploit ici. Comment ? En bouleversant son intrigue pour mieux piéger son lecteur !

Ainsi, C. R. Grey dissémine des indices tout au long de son histoire, indices que j’ai bien entendu repérés… sans pour autant les comprendre aussitôt. Et même si je suis finalement parvenue à démêler le vrai du faux, je peux vous assurer que j’ai été – une fois de plus ! – étonnée, emportée, subjuguée.

Des héros de plus en plus attachants

C’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai retrouvé la petite bande rencontrée dans L’héritier : Bailey, mais aussi Tremelo, Tori, Phie, Hal et leurs compagnons à poil, à plumes ou à écailles. Mais alors qu’ils n’étaient, pour la plupart, que de simples écoliers, les voilà définitivement entraînés dans une révolution qui les touche directement. Malgré leur jeune âge et des craintes bien fondées, ils n’hésiteront pas face au danger.

J’ai également découvert Gwen sous un autre jour. Sans le soutien de l’Ancien, elle n’a d’autre choix que de prendre ses propres décisions, d’emprunter son propre chemin. Et son destin, je peux déjà vous le dire, est loin d’être commun…

Un final explosif

La force de C. R. Grey réside, selon moi, en sa capacité à porter son intrigue jusqu’à son terme. La tension augmente d’un cran à chaque chapitre, les desseins des antagonistes se dévoilent peu à peu et on n’attend qu’une chose : découvrir qui l’emportera.

Mais ce n’était qu’une bataille de plus. Moi, ce qui m’importe à présent, c’est de savoir qui gagnera la guerre. Bref, vous l’aurez compris, je compte bien me jeter sur le tome 3 dès sa sortie !

Du même auteur

Animas, tome 1 : L’héritier, C. R. Grey

 

Publicités