Éditeur : Mortagne
Date de sortie : 11 mars 2019
Genre : dystopie (young adult)

Synopsis

Les âmes saignent. Les cœurs réclament vengeance.

L’humiliation. Les tortures. La mort. Après avoir perdu ce qu’ils avaient de plus précieux, les immortels risquent de sombrer dans les méandres de la douleur. Ou de la folie.

Entre colère, résignation et impuissance, ils devront se battre pour survivre. La solidarité deviendra alors leur arme la plus redoutable. Et, pour trouver la paix, il leur faudra panser des plaies terribles, celles de leurs esprits tourmentés.

Malgré les cicatrices qui ne cessent de leur rappeler leur condition, l’espoir est-il encore permis ?

Tout est possible. Le combat ne fait que commencer…

Critique

Une petite préférence pour le tome 2 ?

C’est assez rare pour une trilogie, et pourtant ! C’est peut-être la preuve, s’il en fallait vraiment une, que l’auteure n’a pas rallongé son histoire inutilement.

Bref, j’ai effectivement une préférence pour Couples maudits, simplement parce que c’est le plus sombre des trois volets. Toutefois, cela n’enlève rien à la qualité du dernier, tout aussi haletant.

Une évolution cohérente des personnages

Commençons par Oxana : elle s’est révélée encore plus tête brûlée qu’auparavant, me donnant parfois envie de la secouer. Impossible de lui en vouloir néanmoins, tant on la sent bouleversée par les événements récents. Cela est également valable pour Cléo, même si j’ai trouvé sa progression un chouia rapide sur certains points.

En outre, comme je m’y attendais, Âmes insoumises annonce le retour de Sam et Kim. Leur rôle est certes mineur, cependant j’étais contente de découvrir ce qu’elles devenaient. Et puis, au vu des choix de l’auteure les concernant, je comprends qu’elles soient restées au second plan. Après tout, ce sont Oxana et Cléo qui portent l’histoire depuis le début, il était donc normal qu’elles la terminent.

Je pourrais aussi vous parler de Kael ou de Denys, mais ce serait m’éterniser. Sachez seulement que le rendu est réaliste ; ils ont beau aller de l’avant, nos héros se montrent incapables d’oublier le passé, rattrapés par leurs traumatismes. C’est aussi pour cette raison que les romances demeurent secondaires et heureusement, car elles sont quand même nombreuses. Avec le recul, je me dis que la formation d’autant de couples est un peu tirée par les cheveux, mais je n’en tiens pas rigueur à l’auteure.

Survie et vengeance

Dans Couples maudits, l’intrigue se complexifiait nettement. J’ai donc eu très peur en voyant émerger des facilités dans ce dernier volet, notamment au sujet des plans échafaudés à la hâte par nos personnages. Par chance, ce n’était qu’un leurre ! En effet, Magali Laurent nous entraîne sur de fausses pistes et rien, absolument rien, ne se déroule comme prévu. Ouf !

Attendez-vous donc à des rebondissements, à des détours et, surtout, à un rythme soutenu. Certes, pour parvenir à un résultat aussi dynamique, l’auteure n’a pas hésité à emprunter des raccourcis, mais cela ne m’a pas dérangée, tant j’étais prise dans l’histoire qui mêle habilement survie et vengeance.

Quand vient le moment de tourner la dernière page

J’avais quelques appréhensions, car mes attentes étaient de plus en plus grandes au fil des tomes. Toutefois, j’ai été agréablement surprise par le dénouement grâce à la touche de post-apocalyptique ajoutée par l’auteure. Bon, c’est vrai, j’aurais peut-être fait d’autres choix pour Oxana, mais globalement, je suis ressortie satisfaite de ma lecture.

Du même auteur

B.O.A., tome 1 : Loterie funeste, Magali Laurent
B.O.A., tome 2 : Couples maudits, Magali Laurent