Éditeur : Bayard
Date de sortie : 5 septembre 2019
Genre : dystopie (young adult)

Synopsis

Londres, 2045.
La société est divisée en deux clans. Les Bâtards, réduits à l’état d’esclaves, n’ont aucune valeur. Les Purs forment l’élite qui a accès à tous les privilèges. Le Cirque de l’horreur est leur divertissement préféré. Ils attendent avec délectation l’accident mortel qui leur procurera le grand frisson.

Ben, fils de ministre, assiste à sa première représentation et tombe sous le charme d’Hoshiko, la funambule star du spectacle. Mais derrière l’éblouissement et le faste de l’arène, il découvre l’horreur. Trouvera-t-il le courage de résister pour mettre fin au carnage ?

Critique

Mais quelle couverture !

Lorsque Babelio m’a proposé Show Stopper en masse critique privilégiée, j’ai d’abord craqué pour sa sublime couverture et ensuite, seulement, pour son synopsis. En vérité, je pressentais déjà que cette lecture ne sortirait pas des sentiers battus.

Malgré cela, j’ai passé un bon moment entre les pages de ce premier volet. Je tiens donc à remercier Babelio et les éditions Bayard pour cet envoi.

Une énième dystopie ?

Comme beaucoup d’autres lecteurs, j’ai découvert la dystopie young adult avec la saga Hunger Games, ce qui remonte à quelques années maintenant. Ayant eu un véritable coup de cœur pour cette trilogie, j’avais enchaîné les livres du même genre. Avant de me lasser, progressivement. 

Show Stopper a donc été un agréable retour à mes lectures de jeunesse, même s’il ne révolutionne pas la dystopie. Il en reprend d’ailleurs tous les codes : les pauvres opprimés par les riches, les morts violentes qui surviennent dans l’entourage des héros afin de les pousser à la révolte et, en toile de fond, une romance quasi impossible pour faire vibrer le lecteur.

Parce que je connais ces ficelles maintes fois utilisées, j’ai rapidement deviné les dessous de l’intrigue. De ce fait, Show Stopper s’est révélé sans surprise. Je l’aurais certainement plus apprécié six ou sept ans plus tôt. Pas de chance ! Néanmoins, je le conseille sans hésiter aux adolescents qui voudraient s’initier à la dystopie.

Des artistes sur la corde raide

La raison pour laquelle j’ai tout de même pris plaisir à découvrir cette histoire tient principalement en son décor : le cirque. Pourtant, mes précédentes incursions ne m’avaient pas emballée outre mesure – je pense notamment au Carnaval aux Corbeaux d’Anthelme Hauchecorne et au Cirque interdit de Célia Flaux.

Cependant, dans Show Stopper, le texte est très visuel ; on imagine sans peine les numéros et leur dénouement parfois fatal. Les paillettes volent, accompagnées de giclées rouges ! C’est d’ailleurs ce qui fait la force de ce roman : les lumières de la scène accentuent plus encore cette envie viscérale, que ressentent les Purs, de voir tomber des Bâtards en plein spectacle.

En surface

Hayley Barker n’a pas vraiment creusé le contexte politique dans lequel se déroule l’intrigue, et je trouve ça dommage. Certes, le récit se concentre sur les points de vue de Ben et Hoshiko, ce qui limite les possibilités de développement, mais des questions restent en suspens. D’où vient cette haine que nourrissent les Purs envers les Bâtards ? En dehors du cirque, comment vivent ces derniers ? De quelle manière les tient-on sous contrôle ?

Bref, j’aurais souhaité en savoir davantage, plutôt que d’écouter Hoshiko répéter inlassablement à quel point les Purs sont horribles, à quel point ils l’ont détruite, à quel point ils méritent de mourir. En fait, ses pensées finissent par tourner en rond…

Ce qui compte, ce ne sont pas les personnages…

Encore très jeunes, Ben et Hoshiko découvrent l’amour dans des circonstances difficiles. Ils ressemblent donc à tous ces héros qu’on a déjà croisés dans d’autres romans YA. Naïfs, mais prêts à tous les combats. Forts, mais fragiles lorsque l’on s’en prend à leurs proches. Et… c’est tout ! Sincèrement, je n’ai pas ressenti de réel attachement pour eux, mais j’avais quand même envie de les voir s’en sortir, et ça m’a suffi.

Quant aux antagonistes, eh bien, comme prévu, ils sont machiavéliques. En particulier Silvio, que j’ai détesté, non pas parce qu’il a le mauvais rôle, mais parce qu’il se montre sadique sans raison. Pourtant, Hayley Barker nous livre quelques pans de son passé… sans aller plus loin, et quel dommage !

Quoi qu’il en soit, je préfère largement les personnages froids et distants chez qui l’indifférence confère une réelle cruauté, plutôt que des stéréotypes, comme c’est le cas ici.

…mais leurs actes !

En débutant Show Stopper, je savais qu’une histoire d’amour serait au rendez-vous. Il suffit de lire la quatrième de couverture pour s’en rendre compte. 

Toutefois, les moments qui lui sont dédiés sont très peu nombreux. Ainsi, même si la romance est au coeur de l’intrigue, elle sert davantage de tremplin à l’action ; c’est parce que Ben et Hoshiko éprouvent des sentiments l’un pour l’autre qu’ils se décident à agir. L’auteure compense donc une intrigue prévisible et une romance à peine crédible – nos héros s’aimeront au premier regard – par des drames inacceptables et des subterfuges pour contrer l’ennemi. De quoi vous donner envie de tourner les pages à toute vitesse, d’autant plus que le rythme est haletant !

Pas de promesses inutiles

Lorsque vient la fin, l’auteure n’en fait pas des tonnes. Ce dénouement est même plutôt cohérent, puisque nos héros n’essaient pas de révolutionner le monde, simplement de survivre, de sauver leur peau et celle des êtres qui leur sont chers. J’ai donc refermé ce premier tome en toute sérénité. J’ai néanmoins des attentes élevées pour la suite !

De la même auteure

Show Stealer (tome 2), Hayley Barker