Éditeur : Rêv’ Éditions
Date de sortie : 29 juin 2017
Genres : low fantasy, aventures (jeunesse)

Synopsis

Au décès de leur père, Alexine, Ambre et Arthur se retrouvent brutalement plongés dans un monde fondé sur le pouvoir de l’imagination. Un temps subjugués par cet univers magique, les triplés doivent malheureusement vite déchanter, contraints d’affronter une terrible réalité.

Mandaté par la maléfique Reine des Ombres, l’Aigle Noir réussit à enlever la très rebelle Alexine. Aidés par Abigaël, Jake et de mystérieux personnages, Ambre et Arthur mettent alors tout en œuvre pour la sauver des griffes de son ravisseur. Leurs pouvoirs grandissants seront-ils suffisants pour les aider à mener à bien leur mission ?

Critique

Une prise de risque

Toujours désireuse de découvrir de nouveaux auteurs, j’ai acheté les premiers tomes de cette saga à Mon’s Livre 2018, sur un coup de tête.

dedicace-imagination-1

Pourquoi avoir jeté mon dévolu sur ce livre ? Eh bien, parce que le synopsis me rappelait étrangement La quête d’Ewilan et Les Mondes d’Ewilan, sagas que j’affectionne tout particulièrement. Rassurez-vous, néanmoins : je ne comptais pas faire de comparaison, les œuvres de Pierre Bottero étant indétrônables à mes yeux.

Malheureusement, ma lecture s’est révélée laborieuse…

Lenteurs et descriptions malvenues

S. G. Baud’Huin débute son récit par le décès du père d’Alexine, Ambre et Arthur, des triplés de 17 ans. La tristesse est donc au rendez-vous, et je dois dire que l’auteure a très bien retranscrit cette émotion. J’étais donc curieuse de découvrir les chapitres suivants, en dépit d’un rythme extrêmement lent. J’ai également relevé un excès de descriptions, que ce soit au sujet des lieux visités ou des personnes rencontrées, ce qui m’a beaucoup étonnée pour un roman jeunesse.

Cependant, cela n’a pas suffi à me décourager, puisque j’étais impatiente de voir cette histoire ancrée dans le réel basculer, enfin, vers la fantasy. Et c’est à ce moment précis que les choses ont mal tourné !

Univers insipide et intrigue cousue de fil blanc

Autant S. G. Baud’Huin relate un enterrement des plus ordinaires, autant ce qui suit est totalement surréaliste. Voilà donc nos héros catapultés, comme par magie, à Imagination, un univers parallèle où il suffit de visualiser un objet pour le voir apparaître. Un peu simplet comme concept, non ? 

Allons plutôt voir ce qui se passe du côté de l’intrigue. Eh bien, en vérité, pas grand-chose ! Malgré ses 600 pages, Le dernier envol demeure introductif. Le lecteur apprend simplement l’existence d’une prophétie – oui, encore une ! – qui prédirait la mort de la Reine des Ombres suite à l’arrivée des triplés à Imagination. Pourtant, ni ces derniers, ni leurs proches ne semblent s’y intéresser…

Du reste, ce n’est que détails et péripéties mineures, comme l’organisation d’une fête au village ou la découverte des environs en compagnie d’un kangourou volant – oui, vous avez bien lu, un kangourou volant. 

Quand les choses sérieuses commencent…

Le synopsis annonce la couleur : Alexine est kidnappée par l’Aigle Noir, l’un des partisans de la Reine des Ombres. Alors que l’ennui pointait sérieusement le bout de son nez, j’étais contente de voir l’action survenir. Malheureusement, celle-ci n’était pas à la hauteur de mes attentes. Certes, nos héros se battront vaillamment contre des ennemis bien plus puissants, mais l’enchaînement des événements est, encore une fois, surréaliste, voire même tiré par les cheveux.

Et de prévisible, le scénario devient bancal ! J’ai bien conscience qu’il s’agit d’une lecture jeunesse, cependant cela ne justifie pas, à mes yeux, l’utilisation de facilités et de clichés.

Des héros vus et revus

Au début, j’appréciais les nuances que l’auteure avait su donner à ses personnages. Mais, rapidement, Alexine se transforme en une tête brûlée au caractère de cochon, Ambre confirme toute sa douceur et Arthur endosse le rôle d’aventurier. Bref, trois personnalités que l’on a déjà croisées à maintes reprises dans d’autres histoires.

Et ce n’est pas fini ! Bien sûr, leur tante Abigaïl va les accueillir à bras ouverts, les inviter à vivre chez elle, alors qu’ils viennent tout juste de se rencontrer. Je pourrais également citer Jake, le héros au passé trouble, mais je pense que vous avez compris le fond de ma pensé. Oui, les personnages manquent clairement d’approfondissement !

Un final (presque) épique !

L’auteure a voulu son dénouement grandiose, un peu comme dans les grandes épopées de fantasy. Combats à mort et sauvetages in extremis sont donc prévus au programme. Alors, il y a de l’action, c’est sûr, mais l’on sait déjà quel camp l’emportera. Ça n’a donc pas suffi à renouveler mon intérêt.

En outre, on n’en apprend pas plus au sujet des raisons qui poussent la Reine des Ombres à vouloir la mort des triplés. J’imagine que les réponses viendront par la suite, mais la saga s’arrête ici pour moi.