Éditeur : Bragelonne (collection BigBang)
Date de sortie : 10 avril 2019
Genre : heroic fantasy (young adult)

Synopsis

« Ils étaient sept.
Sept chevaliers sous un ciel d’orage. »

Morgien et Cynon, deux jeunes chevaliers, la tête pleine de rêves de gloire et de hauts faits, n’ont qu’une hâte : prouver leur valeur. Ils n’hésitent pas un instant lorsque le seigneur Edwin de Gore leur propose d’entrer à son service dans les Hautes Terres. Des landes arides et occupées par une bande armée. Sans hommes ni moyens, les deux chevaliers devront faire face à l’adversité avec bravoure et honneur.

Mais il plane en ces lieux une atmosphère sombre et malsaine. Alors que la demeure seigneuriale devient le théâtre de morts inexpliquées, une forteresse macabre apparaît à la faveur de la nuit. Les phénomènes inquiétants se multiplient, et bientôt, nul doute qu’une malédiction est à l’œuvre. Le Diable approche, et avec lui, la fin du royaume.

Critique

Je fais confiance à Gabriel Katz !

Ces dernières années, je me suis volontairement éloignée de la classic fantasy. Aussi, quand j’ai découvert le synopsis du Serment de l’Orage, je me suis dit que ce diptyque n’était pas pour moi. Et puis… je me suis souvenu que c’était du Gabriel Katz. Or, ce dernier ne fait jamais dans le classique, même lorsqu’il est question de chevaliers.

Je me suis donc lancée dans cette lecture en compagnie d’Amandine et de Saiwhisper et nous sommes toutes les trois d’accord pour dire que ce fut un franc succès !

Un premier volet introductif, mais…

l’auteur instaure avec brio une ambiance glaçante où la mort rôde, invisible. Même s’il a créé un univers médiéval, ce qui n’a rien de fondamentalement original, il a su lui offrir une atmosphère unique grâce à des « accidents » pour le moins étranges. En effet, des forces obscures semblent à l’oeuvre à Hollow Grave, un domaine reculé où nos héros ont élu domicile. Mais que se passe-t-il donc ? Le Diable serait-il à l’oeuvre ? Ou bien s’agit-il de forces plus mystérieuses encore ?

Ah, des questions, nous nous en sommes posé ! Nous n’avons pas obtenu de réponses pour l’instant, toutefois ce n’était en rien frustrant, Gabriel Katz nous laissant quelques indices en chemin.

C’est fou comme les pages défilent à toute vitesse !

Lors de cette lecture commune, j’ai eu bien du mal à m’arrêter afin de laisser le temps aux autres de me rattraper. Heureusement, elles ne m’en ont pas tenu rigueur. 

Mais comment résister ?! Les chapitres sont courts, le rythme soutenu et les morts toujours plus suspectes. Tourner la page devient alors une évidence. Bref, si vous ne l’avez pas encore compris, Le Serment de l’Orage est terriblement addictif.

Rappelons que Gabriel Katz est un conteur né. Ses descriptions sont suffisantes pour planter le décor, sans pour autant alourdir le texte, et l’action se veut constante. L’auteur a ainsi trouvé le parfait équilibre entre les deux, exactement comme dans Le Puits des Mémoires. Ceci étant dit, les amateurs de détails lors de combats entre chevaliers seront peut-être un peu déçus, comme le fut Saiwhisper.

En outre, même si le récit semble se dérouler très simplement, je me rends compte avec le recul que l’intrigue est finalement assez complexe et regroupe une belle panoplie de personnages.

Ces personnages, eh bien, c’est la cerise sur le gâteau !

Cynon et Morgien sont des chevaliers sans grande perspective d’avenir. C’est pourquoi ils acceptent avec joie la proposition d’Edwin de Gore de le rejoindre en son nouveau domaine, Hollow Grave. Tous deux forment un beau duo teinté d’humour et de belles valeurs, induites par leur statut. Un troisième chevalier, Alistair, vient se greffer à la bande, et c’est pour moi la seule ombre au tableau, bien qu’Amandine ne soit pas de cet avis. Je le trouve en effet caricaturé ; il s’agit d’un personnage qui se laisse dominer par ses pulsions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, au point d’en oublier la raison. Un peu facile, non ?

D’autres protagonistes font leur apparition au fil des pages ; une seigneurie ne peut pas se composer uniquement de chevaliers. Quelques femmes auront d’ailleurs un rôle à jouer, mais je ne vous en dirai pas plus, car j’ai apprécié la surprise ! Enfin, n’oublions pas les antagonistes, barbares pour la plupart, dont on ignore les réelles motivations.

En somme, grâce à des personnalités multiples, des morts inexpliquées, des tensions intempestives et des menaces propres à un univers médiéval, Gabriel Katz nous offre une histoire dans la lignée du Trône de fer, mais sans les lourdeurs et les complexités propres à la saga. Et c’est appréciable, croyez-moi !

Du même auteur

Le Puits des mémoires, tome 1 : La Traque, Gabriel Katz
Le Puits des mémoires, tome 2 : Le Fils de la lune, Gabriel Katz
Le Puits des mémoires, tome 3 : Les Terres de cristal, Gabriel Katz

Aeternia, tome 1 : La Marche du Prophète, Gabriel Katz
Aeternia, tome 2 : L’Envers du monde, Gabriel Katz