Éditeur : Scrineo
Date de sortie : 5 mars 2020
Genre : fantastique (young adult)

Synopsis

Il y a quatre cents ans, l’Ordre des Veilleurs a scellé la Chasse fantôme en Allemagne et caché l’esprit du Coryphée, son meneur, parmi les hommes. Mais un soir, le Cor de la Chasse résonne et les Cavaliers sont libérés. Dans l’explosion qui suit, Natalis, jeune magicien prometteur des Veilleurs, devient paraplégique et son père sombre dans le coma.

Un an plus tard, la horde meurtrière frappe chaque nuit. Jugé responsable de la libération de cette dernière et suspendu de ses fonctions au sein de l’Ordre, Natalis est décidé à réparer sa faute. Avec son frère Félix, il met tout en œuvre pour retrouver le Coryphée dont personne ne connaît l’identité. Mais cela peut être n’importe qui, même l’un d’eux…

Critique

Promesse tenue

Quand j’ai découvert le synopsis de La Chasse fantôme, je me suis sentie un peu perdue, tant il est riche en informations ! Néanmoins, je fais confiance aux éditions Scrineo pour proposer des romans intéressants et addictifs. Je les remercie donc pour cet envoi car, effectivement, j’ai passé un agréable moment de lecture.

Petite précision : ce one-shot sort ce jeudi, et vous pouvez le commander directement sur la boutique de la maison d’édition.

Un coup de cœur ?!

Comme dit précédemment, je ne savais pas trop à quoi m’attendre en ouvrant ce livre. J’ai d’ailleurs eu du mal à rentrer dans l’imaginaire de l’auteure, qui nous projette en première ligne d’un conflit plusieurs fois centenaire dès le prologue.

Cependant, après avoir tâtonné pendant quelques chapitres, j’ai fini par appréhender les fondamentaux de cette histoire. L’Ordre des Veilleurs, la Chasse fantôme, le Coryphée, le Cartel : autant d’éléments qui, au premier abord, nous semblent flous, mais que l’on finit par maîtriser complètement. Et c’est à cet instant précis qu’Hermine Lefebvre m’a attrapée dans ses filets !

Peut-être me suis-je un peu précipitée…

Après avoir lu 200 pages, j’ai vraiment cru que La Chasse fantôme serait un coup de coeur, tant j’étais captivée par ce récit ! Mes attentes ont alors crevé le plafond, et c’est probablement ce qui a péché. Pour autant, ma première intuition reste la bonne : ce one-shot est une réussite !

En vérité, ce qui m’a chagrinée, c’est l’indécision constante de Natalis, le personnage principal. À plusieurs reprises, il prend une décision pour finalement faire marche arrière. Certes, il est encore très jeune, mais son comportement fluctuant a, selon moi, fait piétiner l’intrigue. J’ai donc rongé mon frein avant d’obtenir des réponses à mes questions, et notamment la plus importante : qui est le Coryphée ?

L’amitié mise à l’honneur

Étant paraplégique, Natalis est un héros différent des autres. Toutefois, même s’il est diminué physiquement, il n’en demeure pas moins désireux de conserver son autonomie. Ce souhait se traduit souvent par des maladresses envers son frère, Félix, très prévenant à son égard.

Je dois dire que la relation de ces deux personnages m’a touchée. En effet, Félix n’envisage pas l’aide qu’il lui apporte comme une corvée. Au contraire, il est heureux de pouvoir l’assister, ce qui donne une belle image des rapports qu’une personne handicapée peut entretenir au quotidien.

Bien sûr, Natalis se sent brisé depuis son accident, et pas seulement parce qu’il a perdu l’usage de ses jambes. Il a donc du mal à maintenir des liens avec sa famille, qui l’a connu heureux et en pleine possession de son corps. Quant à en nouer de nouveaux… Ce n’est pas toujours facile. Néanmoins, certaines personnes possèdent l’étonnante capacité de faire tomber vos barrières, comme ce fut le cas de Ielisseï. Une rencontre qui va changer le regard de Natalis sur le monde…

Vous l’aurez compris, La Chasse fantôme, c’est aussi une histoire d’amitié, certes parfois ambiguë, mais très belle malgré tout.

Une leçon pour les plus jeunes

Au-delà de son intrigue fantastique, ce roman nous conte également les déboires d’un lycéen harcelé. Je dois avouer qu’au départ, je n’étais pas très enchantée par cette idée ; le cadre scolaire est bien trop ancré dans le réel à mon goût. Néanmoins, cela reste secondaire – le récit est principalement axé sur la Chasse fantôme -, et j’ai même fini par apprécier ces moments, qui sonnaient juste à mes yeux.

Je reconnais par ailleurs la valeur du message que nous transmet l’auteure au sujet du harcèlement à l’école et de ses conséquences, bien souvent désastreuses. Ceci est d’autant plus important que le roman est à destination des adolescents !

L’action au rendez-vous

Si Hermine Lefebvre prend le temps de poser son histoire, elle n’hésite pas accélérer le rythme lorsque la conclusion approche. L’intrigue fait alors un bond en avant et, en dépit de quelques facilités scénaristiques et de transitions parfois bancales, j’ai tourné les pages avec curiosité. Dangers et rebondissements m’ont finalement emportée dans une suite d’événements que j’ai pris plaisir à découvrir. Je ressors donc satisfaite de cette lecture !