Éditeur : Bragelonne (collection BigBang)
Date de sortie : 20 mai 2020
Genre : heroic fantasy

Synopsis

Geralt de Riv n’en a pas fini avec sa vie errante de tueur de monstres.

Fidèle aux règles de la corporation des sorceleurs, Geralt assume sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu qui ne laisse aucune place à l’espoir. Mais la rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir pour affronter la providence et percer à jour son véritable destin ?

Critique

Un deuxième volet en-dessous du premier

Comme prévu, j’ai poursuivi la saga The Witcher avec le deuxième tome. Je remercie donc les éditions Bragelonne pour cet envoi que j’attendais avec impatience.

Mais si j’ai apprécié le premier opus, je dois avouer que celui-ci ne m’a convaincue qu’à moitié, et pas seulement à cause du style de l’auteur que je trouve toujours aussi lourd par moments. Non, en vérité, L’Épée de la providence m’a paru inégal, raison pour laquelle je vais détailler mon avis pour chaque nouvelle qui le compose.

Les Limites du possible et Le Feu éternel 

Situées au début du livre, ce sont les nouvelles que j’ai le moins appréciées. Je dirai même que je ne les ai pas aimées, car je me suis beaucoup ennuyée. Les Limites du possible a pourtant été porté à l’écran et, bien que ce ne soit pas mon épisode favori, je l’avais visionné avec plaisir. Ceci étant dit, le scénario a été revu pour l’adaptation TV, ce qui pourrait expliquer cette divergence d’opinion entre les deux formats.

Mais que ce soit dans l’une ou dans l’autre nouvelle, Andrzej Sapkowski est constamment dans la surenchère. Les dialogues sont pour ainsi dire interminables, comme si les (trop) nombreux personnages n’avaient rien d’autre à faire que de se lancer dans des tirades inutiles ! En outre, j’ai sûrement loupé quelques sous-entendus ; l’intrigue foisonne de détails superflus, au point que l’on finit par perdre l’essentiel de vue.

Un Éclat de glace et Une once d’abnégation 

La lecture de ces nouvelles fut en demi-teinte. Dans la première, j’ai adoré en apprendre davantage sur Yennefer. Même si elle m’a parfois tapée sur les nerfs, je dois dire qu’elle reste fidèle à l’image que je m’étais faite d’elle. Cependant, j’ai encore une fois trouvé que l’auteur opérait trop de détours.

Quant à Une once d’abnégation, elle retombe dans un schéma plus classique : des combats contre d’étranges créatures. Mais suivre Geralt alors qu’il tue des monstres n’est pas ce que j’attends de la saga – oui, c’est assez contradictoire, je le reconnais. De plus, l’attachement d’Essi pour notre sorceleur m’a paru un peu trop rapide et leurs échanges souvent brouillons. Ceci étant dit, découvrir le peuple des sirènes m’a enchantée !

L’Épée de la providence et Quelque chose en plus

On en vient maintenant aux nouvelles qui m’ont indéniablement conquise. En vérité, j’y ai retrouvé ce qui m’avait plu dans le volet précédent, à savoir un véritable fil rouge. Il faut dire que l’intrigue est centrée sur Geralt, héros que j’apprécie énormément, et sur Ciri, personnage que j’avais hâte de rencontrer depuis mon visionnage de la série Netflix. La relation entre ces deux-là m’a surprise, car elle est différente dans l’adaptation, mais elle a finalement su me toucher. Ciri réagit comme la gamine qu’elle est malgré sa condition de princesse, néanmoins elle n’a pas un mauvais fond. Et bien sûr, Geralt se laisse attendrir…. Une très belle rencontre à laquelle vient s’ajouter une dryade. Il ne m’en fallait pas plus pour relever le niveau !

Enfin, j’ai été réellement captivée par les hallucinations qui affectent Geralt dans la dernière nouvelle, probablement parce qu’elles abordent à la fois son passé, mais aussi ses craintes et ses espoirs. Et le chemin tracé par la providence !

Poursuivre ou ne pas poursuivre la saga ?

Pour être honnête avec vous, j’avais décidé de m’arrêter là. Même si j’ai terminé L’Épée de la providence sur une note positive, j’ai une nette préférence pour la série Netflix. Toutefois, Sarah (découvrez son compte Instragram ici), une passionnée de lecture comme moi, m’a affirmé que le troisième opus était dans la veine des deux dernières nouvelles. Depuis, je doute…

Alors, si vous avez lu la suite, n’hésitez pas à me donner votre avis. Cela m’aidera peut-être à prendre ma décision !

Du même auteur

The Witcher, tome 1 : Le Dernier Voeu, Andrzej Sapkowski