Éditeur : Snag
Date de sortie : 14 février 2019
Genre : heroic fantasy (young adult)

Synopsis

Heurtée par la bataille du bois des Murmures où elle a vu nombre de ses compagnons disparaître, la jeune Lilith n’a plus le choix et doit apprendre à s’endurcir. Plus déterminé que jamais à débusquer les Fronts Marqués, le roi Donovan semble prêt à tout pour asseoir son pouvoir et persécuter les peuples cachés.

Pour l’arrêter, il n’existe qu’une solution : infiltrer Fall Marma, la cité ennemie ; et c’est à Lilith que revient cette lourde tâche. Celle de porter les chaînes.

Celle d’être une asservie.

Critique

Un tome 2 qui n’est pas à la hauteur de mes attentes

Il y a quelque temps, j’ai lu le premier tome de Lune pourpre et, malgré quelques bémols, j’avais envie de poursuivre sur ma lancée. J’avais en effet bon espoir de voir les défauts s’estomper dans cette suite, également achetée lors de La Foire du Livre de Bruxelles en 2019 :

IMG_7659

Néanmoins, tout ne s’est pas passé comme prévu. Je crains donc de formuler de nouveaux reproches à l’encontre de cette saga. Mais voyons cela plus en détail…

Une intrigue de cour ? 

Je le dis et le répète dans nombre de mes chroniques : j’adore les intrigues de cour ! Manipulations, faux-semblants et jeux de pouvoir me passionnent. J’avais donc hâte d’entrer dans le vif du sujet. Le hic, c’est que cette partie de l’histoire – déjà annoncée dans le synopsis – tarde un peu à arriver.

Alors, certes, ce qui se déroule auparavant n’est pas dénué d’intérêt. Cependant, les explications qu’avancent Moira et Helian afin d’entreprendre seuls le voyage jusqu’à la capitale m’ont semblé un brin tordues. Quant au trajet en lui-même, en amoureux…

Ah oui, la romance, cet éternel problème !

Comme vous pouvez vous en douter, elle m’a tapée sur les nerfs. La relation de nos héros n’est, selon moi, qu’un condensé de clichés, de romantisme niais et surtout de mensonges improbables pour tenter de protéger l’autre à ses dépens. Je n’en dirai pas plus, rassurez-vous, mais alors qu’ils courent le risque d’être découverts à tout moment, nos tourtereaux perdent parfois de vue leurs priorités. Bref, je n’ai pas pu m’empêcher de lever les yeux au ciel. Très souvent !

À cette romance vient s’ajouter un pseudo triangle amoureux qui n’a pas de raison d’être, puisque Moira (ou la malédiction, tout du moins) semble avoir fait son choix. Pourtant, Melhen n’en démord pas : ils sont faits l’un pour l’autre. Je vous laisse donc deviner quelle tournure prennent leurs discussions ou, plutôt, leurs disputes !

Enfin, là où les épreuves du premier tome n’ont pas réussi à entamer la détermination de Moira, la relation tumultueuse qu’elle entretient avec Helian suffit largement. Voilà donc notre héroïne tellement amoureuse qu’elle ne semble plus capable de penser à autre chose, y compris à l’objet même de sa quête. Comme si elle ne se définissait plus que par ses sentiments. Dommage, non ?

Sur le chemin de la facilité

Je vous le disais précédemment : les raisons pour lesquelles Helian et Moira décident de se rendre seuls à Fall Marma m’ont semblé légères. Toutefois, la suite tient difficilement la route elle aussi, du moins par certains aspects. C’est grâce à des coups de chance, d’heureuses coïncidences et des personnages étrangement bienveillants que Moira parvient finalement à infiltrer le château de l’ennemi. Si cela ne m’a pas dérangée outre mesure, j’aurais préféré que les bases de l’intrigue soient plus solides.

Heureusement, l’auteure reprend progressivement son histoire en main, du moins c’est ainsi que je l’ai ressenti. Cela m’a permis d’accrocher à l’intrigue de cour et d’apprécier découvrir plus avant les antagonistes, bien qu’ils soient stéréotypés, comme la plupart des personnages. Citons par exemple Zendel, l’héritier avide de sang, et Satheene, la princesse capricieuse. Mes espoirs sur ce point se sont donc révélés vains mais, en définitive, j’ai accepté cet aspect très – trop ? – tranché du récit. J’ai donc fini par me prendre au jeu. Ouf !

Par contre, les 150 dernière pages m’ont paru superflues. Je ne peux rentrer dans les détails au risque de vous spoiler, mais pour moi, l’essentiel était déjà dit. Tant d’action n’était donc pas nécessaire…

Une chronique négative, et pourtant…

Je reste curieuse de connaître le dénouement final. En fait, malgré une lecture en dents de scie, j’ai aimé retourner dans cet univers, en apprendre davantage sur ses particularités et ses créatures. Surtout, j’ai hâte de savoir l’issue du combat qui oppose les Abels aux Nephilims. Alors, je conserve l’espoir d’apprécier le dernier tome.

Du même auteur

Rozenn (tome 1), Laëtitia Danae
Rozenn (tome 2), Laëtitia Danae

Lune pourpre, tome 1 : Initiée, Laëtitia Danae