Éditeur : auto-édition
Date de sortie : 17 janvier 2020
Genre : dystopie

Synopsis

Dans les Terres Sauvages, un monde où l’humanité est divisée, le Duché d’Harmonie apparaît comme un rêve, promesse de confort et de sécurité.

Pourtant, après avoir été poussé dans le vide, Gwenaël, domestique au palais ducal, perçoit les pensées de ceux qui l’entourent. Il découvre alors un Duché dangereux et différent de celui dans lequel il croyait vivre.

Voleuse des cités abandonnées, Calie est sortie de prison par des soldats, et forcée de devenir une Rayon au sein de l’Ordre de la Lumière. Très vite, elle comprend qu’elle a été amenée à Ambria pour servir d’appât et que sa vie est menacée. Surmontant des épreuves, ils découvriront les secrets d’Harmonie et construiront leur propre avenir…

Critique

L’exception qui confirme la règle ?

Comme vous le savez, j’hésite de plus en plus à accepter des romans auto-édités en services de presse. La plupart du temps, je ressors déçue de ma lecture et me vois alors contrainte de rédiger une chronique négative, ce qui ne m’enchante guère.

Pourtant, lorsque Patrice Lecina m’a proposé L’Éveil, j’ai aussitôt été intriguée par le synopsis. J’ai donc accepté sa proposition et, une fois n’est pas coutume, je ne le regrette pas.

Je tiens donc à remercier l’auteur pour l’envoi de son livre !

Un Duché qui n’a d’harmonieux que le nom

Bien qu’il s’agisse d’une dystopie tout ce qu’il y a de plus classique, l’univers de ce premier volet est tout bonnement captivant. En effet, grâce à une multitude de détails, Patrice Lecina pose les bases d’un monde qui possède ses propres lois. L’organisation millimétrée qui caractérise le Duché d’Harmonie est très intéressante, tout comme sa religion et ses institutions. Bien sûr, ce qui m’a fascinée, c’est de voir le vernis reluisant de ce « havre de paix » se fissurer lentement pour laisser place à toutes sortes de dérives...

Un style qui n’est décidément pas fait pour moi

Avant de développer mes propos, je tiens à préciser que cette appréciation est purement subjective. Si l’on excepte quelques fautes d’orthographe par-ci par-là – mais n’oublions pas que c’est un livre auto-édité -, l’écriture est tout à fait acceptable.

Néanmoins, c’est indéniable, le style de l’auteur ne me convient pas ; je l’ai trouvé très froid, très factuel. Le texte se compose davantage de descriptions que de ressentis, ce qui instaure à mon sens une distance entre le lecteur et les personnages. Bref, ce n’est pas ce que je préfère !

Des personnages un peu lisses, mais au cœur de l’action

L’histoire tourne essentiellement autour de Calie, nouvelle venue au sein du Duché, et de Gwenaël, un serviteur au palais ducal sans trop d’importance, du moins jusqu’à ce qu’il parvienne à voir au-delà des apparences.

Si j’ai adoré les suivre dans leurs pérégrinations, découvrir en leur compagnie la face cachée d’Harmonie, j’étais plus ou moins indifférente à leur sort. Peut-être les ai-je trouvés trop naïfs ou estimé qu’ils se tiraient d’affaire trop facilement ? Calie a par exemple été recrutée de force pour déjouer un complot et, malgré ses appréhensions, malgré ses nombreuses lacunes, elle franchit les obstacles sans trop de difficultés. Par conséquent, je ne m’inquiétais pas vraiment pour elle. Quant aux personnages secondaires, ils m’ont paru caricaturées, en particulier les antagonistes, ce qui est fort dommage.

En revanche, j’ai apprécié les capacités d’adaptation des héros et leur envie d’agir car, de ce fait, l’action s’est révélée constante.

Du bon et du moins bon pour l’intrigue

À ce sujet, je suis divisée. D’un côté, j’ai adoré les manigances, les manipulations et les révélations que l’auteur nous offre tout au long de son récit. De l’autre, j’estime que les arcs narratifs manquent de subtilité. En fait, les idées sont excellentes, mais leur retranscription ne m’a pas semblé totalement aboutie, donnant lieu à quelques facilités. J’ai parfois deviné certains éléments-clefs de l’intrigue, tant les indices étaient flagrants. Pourtant, à d’autres moments, j’étais prise au dépourvu par la résolution de mystères mineurs.

Quoi qu’il en soit, le dénouement final emprunte une direction nouvelle, ce qui promet de belles surprises pour la suite.