Éditeur : Fleurus
Date de sortie : 10 septembre 2021
Genre : dystopie (jeunesse)

Synopsis

Et si les murs avaient des yeux ?

Qui voudrait vivre dans une ville où tout le monde porte des lunettes pour ne pas devenir aveugle ? Personne, n’est-ce pas ?Pourtant, Violet n’a pas le choix. Ses parents l’ont obligée à emménager à Perfect City, la ville où tout est parfait… sauf la vue de ses habitants !

Mais, très vite, la jeune fille se rend compte que les soucis ophtalmologiques ne sont pas les seuls problèmes à Perfect City. Et la vie n’y est pas aussi géniale qu’on voudrait bien le faire croire…

Entre les bruits dans la nuit, le comportement de plus en plus étrange de sa mère et la soudaine disparition de son père, la vie de Violet est loin d’être rose !

Avec l’aide de Kid, un orphelin qui a l’air d’en savoir long, Violet est bien déterminée à percer l’horrible secret de Perfect City…

Critique

Entre deux hésitations

Malgré sa couverture ô combien sublime, j’ai beaucoup tergiversé avant de demander ce roman en service de presse. En effet, je n’étais pas certaine qu’il corresponde à mes goûts actuels. En fin de compte, je n’avais pas tout à fait tort, cependant je suis contente d’avoir tenté l’expérience, ne serait-ce que pour pouvoir vous en parler aujourd’hui.

Je remercie donc les éditions Fleurus pour cet envoi.

Un très bon titre… pour la jeunesse !

Dans Bienvenu à Perfect City, l’action ne s’arrête jamais. Dès les premiers chapitres, les événements s’enchaînent et poussent Violet à s’interroger, à se méfier et, enfin, à réagir pour protéger la ville tout entière de plans machiavéliques. Voilà qui promet moult aventures !

Sans surprise, l’intrigue n’est pas spécialement approfondie, mais ce n’était pas le but recherché et j’en ai parfaitement conscience. De même, la réaction des personnages est parfois un peu trop extrême, la résolution de certains problèmes un peu trop facile mais, encore une fois, rien d’anormal pour un roman jeunesse. Simplement, ce n’est pas ce que je recherche actuellement. Mon seul reproche concerne les révélations que j’ai anticipées sans la moindre difficulté.

Néanmoins, si vous adorez la littérature jeunesse ou si vos enfants affectionnent les bonnes histoires, je vous invite à vous laisser tenter ! Vous ne manquerez pas d’apprécier les messages bienveillants que transmet l’auteure tels que l’acceptation de la différence et la richesse que l’on peut trouver dans l’imperfection.

Des idées brillantes et originales

Personnellement, je n’ai jamais lu histoire aussi loufoque et, croyez-moi, c’est un compliment. Helena Duggan fait preuve d’une imagination débordante pour développer son univers. Ainsi, ce qui fait la force de ce livre, ce sont les petites touches d’originalité qu’elles sème tout au long de l’histoire : le thé qui ravit mystérieusement les papilles de tous les habitants de Perfect City, les lunettes qui corrigent un problème de vue plus que soudain, le No Man’s Land… Ah non, je ne peux rien vous dire à ce sujet !

Et c’est sans compter l’ambiance un brin creepy, de quoi faire frissonner vos enfants sans pour autant les effrayer réellement !

Les héros sont toujours braves et les méchants… toujours méchants ?

Bien qu’elle réagisse souvent de façon excessive, Violet se montre également courageuse et intrépide. Selon moi, elle a suffisamment de caractère pour plaire aux jeunes lecteurs, tout comme Kid. Honnêtement, ces deux-là font la paire ! Bienvenue à Perfect City, c’est donc aussi une belle histoire d’amitié.

Les antagonistes, quant à eux, ne m’ont pas entièrement convaincue – comme dans nombre de romans jeunesse, d’ailleurs. En fait, ils sont trop méchants pour être crédibles même si, pour une fois, l’auteure offre une réelle justification. Vraiment, j’approuve !

Il existerait une suite…

Celle-ci n’a pas encore été traduite en Français, mais j’espère que les éditions Fleurus poursuivront sur leur lancée. Sachez toutefois que ce premier tome se suffit à lui-même et comporte un dénouement digne de ce nom.

Pour ma part, vous l’aurez sûrement compris, l’aventure s’arrête ici.