Éditeur : Pocket
Date de sortie : 14 octobre 2021
Genre : science-fantasy

Synopsis

Il y a dix ans, les Élus ont sacrifié leur jeunesse pour sauver le monde et vaincre l’Obscur. Désormais, tout juste trentenaires, les cinq amis profitent de leur célébrité et participent aux festivités qui marquent une décennie de paix. Tous semblent apprécier la tranquillité retrouvée de cette vie et avoir remisé les années sombres dans les limbes de leur mémoire, comme le reste du monde. Tous sauf Sloane, hantée par le souvenir de leur ennemi.

Lorsque d’étranges phénomènes se produisent, les Élus sont une fois de plus sollicités par l’État. Mais Sloane, qui est convaincue du retour de l’Obscur, acceptera-t-elle de le combattre de nouveau ?

Critique

Une seconde chance

Je fais partie de ces lecteurs qui ont choisi de se lancer dans la saga Divergente il y a déjà fort longtemps. Si les deux premiers volaient m’avaient conquise, le dernier fut une amère déception. J’ai donc décidé de ne plus lire de Véronica Roth pendant un moment, ce qui explique pourquoi je ne me suis jamais penchée sur sa duologie Marquer les ombres.

Mais c’était sans compter les éditions Pocket et leur proposition de service de presse pour Les Élus, le nouveau roman de l’auteure. Je l’avoue, j’étais curieuse de découvrir cette histoire, d’autant qu’il s’agit cette fois d’un récit adulte. Et qu’est-ce que j’ai bien fait ! Je ne m’attendais à rien, pourtant ce fut un véritable coup de cœur.

Un grand merci à la maison d’édition pour cet envoi !

Une héroïne pour le moins singulière

Si le roman compte 5 Élus, il est avant tout porté par Sloane, une jeune femme au caractère bien trempé. Certains lecteurs l’ont trouvée détestable mais, personnellement, je l’ai adorée tout simplement parce qu’elle sonne vrai. 

Sloane ne souhaite pas être une héroïne, pourtant elle en est devenue une à cause d’une prophétie la désignant comme telle. Pire encore, elle est en couple avec le leader du groupe, héros parmi les héros, qui apprécie le devant de la scène. Autant vous dire que, dans ce contexte, son désir d’anonymat est voué à l’échec. Et même si elle se fiche de ce que les gens pensent d’elle, les médias s’acharnent à le lui rappeler.

Alors, oui, Sloane est imbuvable, méchante et égoïste. Du moins, en apparence. Dans le fond, c’est juste une gamine traumatisée par son combat contre l’Obscur. Un combat pourtant terminé depuis 10 ans, mais qui la hante toutes les nuits. Et c’est là toute la complexité de ce personnage peu conventionnel !

Quant à l’antagoniste, ce fut une très bonne surprise ! Il est à mille lieues des grands méchants dont la seule préoccupation est de détruire le monde…

Mais quel univers !

À mi-chemin entre la fantasy et la science-fiction, il ne ressemble à aucun autre. Et j’en ai aimé chaque aspect ! Cependant, j’ai peur d’en dire trop. Je n’étais au courant de rien lorsque j’ai commencé le livre et la découverte a largement contribué au coup de cœur, alors je ne rentrerai pas dans les détails. Si, toutefois, vous êtes curieux, certaines chroniques disponibles sur la toile sont suffisamment révélatrices.

Quoi qu’il en soit, Véronica Roth a inventé un univers complexe, mais simple à appréhender puisqu’il ressemble beaucoup au nôtre. Pour éviter de nous perdre, elle prend soin de nous le dévoiler au fur et à mesure. Dans ce but, des extraits de documents sont d’ailleurs insérés au début de chaque chapitre. Une approche que j’apprécie énormément !

La magie est un élément central de l’histoire. Le système qui la compose ou, plutôt, les systèmes puisqu’il y en a plusieurs, sont particulièrement développés au point que j’avais moi aussi envie de m’y essayer. De même, l’artefact qui accompagne Sloane dans son périple m’a tout autant passionnée.

En bref, chaque page était une trouvaille merveilleuse !

Une intrigue qui va crescendo

Ce roman tire aussi son originalité de la temporalité proposée. Pour une fois, il n’est pas question de révéler les Élus à eux-mêmes ou au monde entier, mais de les suivre dans « l’après combat ». Tous sont marqués par les épreuves du passé. Trois d’entre eux s’en sortent mieux que les autres, mais aucun n’est prêt à vaincre une deuxième fois l’Obscur. Véronica Roth creuse notamment les mécanismes de défense qu’ils ont mis en place pour contrer leurs traumatismes, ce qui permet d’approfondir leur personnalité. Encore une fois, bravo !

Notez que l’intrigue est scindée en deux parties. La première est plutôt introductive, certains lecteurs l’ont même trouvée longue, mais l’auteure la met à profit pour présenter son univers, ses personnages et les enjeux liés à la disparition – ou au retour ? – de l’Obscur. Elle m’a réellement captivée, toutefois ce n’est rien comparé à la seconde partie. Riche en rebondissements et en révélations inattendues, elle est l’apothéose d’un scénario subtilement construit dans l’ombre. Une grande réussite !

Un one-shot ou un début de saga ?

À ceux qui n’aiment pas les fins ouvertes, je leur déconseille Les Élus. Certes, Véronica Roth nous offre des réponses – et quelles réponses ! -, mais elle laisse volontairement des problématiques en suspens. Comme une porte ouverte sur une suite éventuelle

Cela m’amène à LA question qui me turlupine depuis que j’ai refermé ce livre : une suite est-elle prévue ? Je le croyais au début, notamment parce qu’il est écrit « La nouvelle saga de Véronica Roth » sur la quatrième de couverture. Mais, maintenant que je connais la fin, je me dis que le livre peut se suffire à lui-même. En outre, je n’ai vu aucune annonce concernant un tome 2, donc… J’en suis arrivée à la conclusion qu’il n’y avait pas de suite.

Si, toutefois, vous avez des informations à ce sujet, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Ça m’intéresse !