Éditeur : Mnémos
Date de sortie : 14 octobre 2022
Genres : uchronie, fantastique

Synopsis

1691 : un bateau transportant de mystérieux passagers aborde la côte est du continent nord-américain. Les vampires viennent de débarquer de la vieille Europe. Ils forment bientôt le Convoi, longue colonne de chariots recouverts de plaques de plomb, et se lancent à la conquête de l’Ouest, anticipant le trajet du chemin de fer dans une lente et implacable progression…

1692 : à Salem, une poignée d’hommes impitoyables fondent la confrérie des Chasseurs, bien décidés à stopper l’avancée du Convoi et à en découdre avec les créatures des ténèbres.

De Fort Alamo aux territoires sioux, de Wounded Knee à Silver City, les hommes du Nouveau Monde, Billy the Kid, les frères Dalton ou encore Doc Holliday mêlent le sang à l’argent, luttant sans merci contre les vampires, ou formant avec eux d’improbables alliances…

Critique

Le retour des vampires ?

Bloodsilver, c’est un recueil de 16 nouvelles écrit à quatre mains par les auteurs Johan Heliot et Xavier Mauméjean (sous le pseudonyme Wayne Barrow) et récompensé par le Grand Prix de l’Imaginaire en 2008, rien que ça ! Un recueil qui fait la part belle aux légendes américaines, puisque chaque nouvelle s’intéresse à un fait, à un personnage ou à une période historique, tout en y intégrant la présence, proche ou éloignée, de vampires (dits Brookes).

En d’autres termes, un petit chef-d’œuvre qui m’a sortie de ma zone de confort mais dont j’ai apprécié la teneur grâce à un rythme de lecture mesuré. Je remercie donc les éditions Mnémos pour l’envoi de cette superbe version reliée !

D’habitude, je n’apprécie pas la fantasy historique, mais…

Eh bien, pour commencer, il ne s’agit pas de fantasy, mais d’une uchronie fantastique. Ceci étant dit, j’ai rapidement compris que l’aspect historique serait bien plus poussé que l’aspect vampirique, ce qui n’a pas manqué de m’inquiéter. Et pourtant !

J’ai aimé cette lecture, et je pense que le format nouvelles y a fortement contribué. En fait, il est idéal pour aborder des événements passés, sans trop se perdre dans les détails qui, à mes yeux, alourdissent souvent l’histoire. Résultat : je n’ai jamais été aussi curieuse de connaître la véritable version de toutes ces légendes ! Une manière très agréable d’apprendre l’histoire des États-Unis, si vous voulez mon avis.

J’ai donc pris le temps d’effectuer de petites recherches après la lecture de certaines nouvelles. Le massacre de Wounded Knee, par exemple, m’a beaucoup marquée, et je trouve que les auteurs ont sublimé ce récit par l’évolution du héros, qui passe de la certitude inébranlable d’avoir accompli son devoir au désespoir le plus profond à l’idée d’avoir ôté la vie sans motif valable.

J’ai également pris beaucoup de plaisir à découvrir les agissements des Dalton – ceux évoqués dans Coffeyville et ceux qui ont réellement eu lieu ainsi que la mission spirituelle de Sarah Winchester dans La Veuve noire. Enfin, j’ai souri en rencontrant très brièvement dans La Part d’ombre Charles Ingalls dont l’existence a inspiré la série La Petite Maison dans la prairie.

Et les Brookes, dans tout ça ?

Comme je l’ai précisé, les vampires ne sont pas assez présents à mon goût dans ce recueil, et c’est probablement mon plus gros bémol, même s’il est tout personnel. Pour autant, j’ai apprécié chaque ligne y faisant référence, et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’une de mes nouvelles préférées est Le Poids de son absence. Celle-ci met en scène un homme prêt à tout pour tuer les Brookes responsables de la mort de sa fiancée…

Pour tout vous dire, j’aime la figure du vampire dans Bloodsilver. Elle n’est ni bestiale, ni idéalisée, mais demeure un brin mystérieuse. Bien sûr, les Brookes se nourrissent de sang, mais ils ne se résument pas qu’à cela puisqu’ils tentent de faire partie d’un monde déjà envahi par les hommes. Et s’il faut, pour ce faire, acquérir le plus d’argent possible afin de s’en protéger, alors ils le feront !

Toutefois, les auteurs osent aller plus loin encore dans Un Type honnête en rendant possible l’amitié entre un Brooke et un humain… Cette nouvelle aussi, je l’ai adorée !

Le style, la cerise sur le gâteau !

Bloodsilver n’aurait pas la même saveur sans le talent de ses auteurs ! La plume est fluide, le style recherché ! C’est très agréable de tourner les pages même si, faits historiques obligent, le recueil exige un certain degré de concentration. C’est pourquoi j’ai pris le temps de faire des pauses, de revenir sur certains événements pour faire des recherches. En un mot, de le savourer !