Recherche

Blog littéraire spécialisé dans les genres de l'imaginaire

Un brin de fantasy pour illuminer vos nuits…

Catégorie

Science-fiction

La Maison aux milles étages, Jan Weiss

[Dystopie] Malgré toutes les qualités de La Maison aux mille étages, je n'ai pas pris de plaisir à ma lecture. Pourquoi ? Eh bien, c'est simple : le surréalisme prend largement le pas sur la dystopie, or c'est un genre que je n'affectionne pas. Ni l'intrigue, qui a clairement moins d'importance que le sous-texte, ni le style volontairement fouillis, mais rythmé, ne m'ont emportée. Bien sûr, j'ai vu la profondeur des messages cachés et l'intelligence de l'univers, toutefois cela n'a pas suffi.

La Lumière lointaine des étoiles, Laura Lam

[Huis clos spatial] Véritable mélange des genres, La Lumière lointaine des étoiles est à mi-chemin entre le thriller et la science-fiction, entre le pré-apocalyptique et le huis clos spatial. Le résultat aurait pu être fouillis, mais au contraire ! Je n'ai jamais vu de scénario aussi bien maîtrisé. Laura Lam alterne d'ailleurs présent et passé afin d'offrir toute sa profondeur à l'intrigue et, surtout, de donner du sens à la quête des deux héroïnes, mère et fille adoptive. C'est autant leur histoire que celle de l'humanité qui tente de fuir une terre à l'agonie. En un mot, grandiose !

After Yang et autres histoires, Alexander Weinstein

[Anticipation] Si j'étais plus qu'impatiente de découvrir After Yang, la nouvelle principale de ce recueil, ce n'est pas celle que je retiendrai en définitive. J'ai d'ailleurs craint dans un premier temps de ne pas adhérer au style et aux messages d'Alexander Weinstein, mais le charme a finalement opéré. J'ai apprécié les questionnements de ses personnages, notamment quant à leur place dans le monde, ainsi que toutes les dérives potentielles de la technologie. Alors qu'elle est censée rapprocher les hommes, elle ne fait qu'ajouter des barrières et complexifier leurs relations. Jusqu'à quel point ? Il vous faudra le découvrir par vous-même !

Babel Corp, tome 2 : Eden, Scott Reintgen

[Planet opera] Dans ce tome 2, on change de décor et d'enjeux ! Nos héros quittent leur navette et débarquent sur Eden où les extra-terrestres ont beaucoup de choses à révéler. Un tournant dans l'intrigue qui a été déstabilisant pour moi, car je gardais en mémoire l'ambiance du premier volet, toutefois ça ne m'a pas empêchée de passer un très bon moment de lecture. Il faut dire que Scott Reintgen se surpasse. De nouveaux points de vue voient le jour, le worldbuilding est impressionnant et le scénario, bien que linéaire, se révèle addictif. Quant aux héros, je n'ai jamais vu de groupe plus attachant !

Illuminae, tome 3 : Dossier Obsidio, Amie Kaufman & Jay Kristoff

[Space opera] Dans Dossier Obsidio, nous faisons la connaissance d'un nouveau couple de héros, mais sans oublier les anciens pour autant. Résultat : de nombreux points de vue facilement compréhensibles grâce à la narration particulière d'Illuminae. Bon, ils sont tous un peu clichés, mais aussi attachants, et c'est ce qui fait leur force. À moins que ça ne soit leur envie d'être au cœur de l'action, prêts à tous les dangers pour secourir les victimes de BeiTech. Un scénario addictif qui trouve sa juste conclusion dans ce dernier tome. Malgré le côté YA de la trilogie, je ne regrette pas de l'avoir découverte !

Analog / Virtuel, Lavanya Lakshminarayan

[Dystopie] Analog / Virtuel, c'est l'histoire d'une fracture numérique qui s'inscrit dans une société méritocratique. Dans ce monde pas si éloigné du nôtre, les disparités entre riches et pauvres sont exacerbées par l'accès limité à la technologie pour ces derniers. La rébellion est donc imminente ! Rien d'original de ce côté, néanmoins la narration sort complètement des sentiers battus puisque Lavanya Lakshminarayan dédie chaque chapitre à un personnage différent. Le résultat est une fresque grandiose dont le fil rouge apparaît très clairement pour nous mener jusqu'à la destruction des fondements d'Apex City !

Metalya entre les mondes, Patrick Moran

[Science-fantasy - Mondes parallèles] Dans Metalya entre les mondes, Patrick Moran prouve tout son talent pour imaginer un monde entre science-fiction et fantasy. Bien que proche du nôtre, il n'en possède pas moins ses propres particularités, notamment sur le plan politique. Et ce n'est pas tout, puisque l'auteur crée également une héroïne attachante dont la profondeur n'a d'égale que son sens inné du sarcasme et une enquête entraînante aux multiples rebondissements. Bref, une réussite sur tous les plans !

Le Livre de Phénix, Nnedi Okorafor

[Pré-apocalyptique] Le Livre de Phénix aborde des thématiques que j'affectionne en temps normal, raison pour laquelle je pensais aimer ce roman. Pourtant, j'en ressors mitigée. L'univers est intéressant, toutefois je n'ai pas accroché à l'héroïne dont le comportement m'a paru incohérent et les ressentis trop changeants. De plus, j'ai trouvé le rythme trop rapide, empêchant un réel approfondissement de l'histoire, et le scénario trop linéaire, presque mécanique. Dommage, mais je suis certaine que le style de Nnedi Okorafor saura conquérir d'autres lecteurs !

Diabolic, tome 3 : Le Dernier Tyran, S. J. Kincaid

[Space opera] Après mon coup de cœur pour le deuxième volet de Diabolic, je me devais de finir la trilogie. Malheureusement, cet opus n'est pas à la hauteur des précédents, même s'il reste une bonne lecture. En fait, les débuts m'ont semblé longs, car l'héroïne ressasse beaucoup. Il faut attendre la moitié du livre pour retrouver les rebondissements qui caractérisaient la saga ; des rebondissements parfois invraisemblables, mais cela ne m'a pas empêchée de tourner les pages jusqu'à connaître le dénouement.

Étrangers, Gardner Dozois

[Anticipation] En lisant le synopsis d'Étrangers, j'avais imaginé une tout autre histoire que celle écrite par Gardner Dozois. Ainsi, ma déception fut grande au début, accentuée par les trop nombreuses descriptions qui parsèment le texte. Et pourtant, j'ai fini par adhérer à l'absence de clichés concernant la romance et par la pertinence de l'intrigue sur les plans culturel et sociologique. La deuxième partie fut donc un joli coup de cœur ! Action et révélations se sont donné rendez-vous dans un final aussi bouleversant que surprenant !

Un Éclat de givre, Estelle Faye

[Post-apocalyptique] Outre la plume merveilleuse d'Estelle Faye, ce qui fait la force d'Un Éclat de givre, c'est son univers fantasmagorique. Paris est complètement revisité, et j'ai adoré en découvrir chaque recoin ! Quant au héros, il a dû en dérouter certains, mais personnellement j'ai été sensible à ses failles et à son désir de liberté qui se traduit aussi par des mœurs légères (vous voilà prévenus !). Bref, pas de reproche à formuler si ce n'est un creux dans l'intrigue au milieu du roman et une fin qui me laisse perplexe.

Destination Outreterres, Robert Heinlein

[Anticipation] En toute franchise, les débuts de Destination Outreterres m'ont un peu refroidie : les descriptions étaient trop nombreuses et les dialogues trop longs. Bon, j'ai fini par m'y faire et, surtout, par apprécier l'intrigue qui réunit tout ce que j'aime : une nature hostile, de multiples dangers et des alliés pas toujours fiables. En un mot, la survie ! J'ai ainsi suivi le héros jusque dans la création d'une nouvelle société, avec tous les rebondissements que cela implique. Intéressant, même si le genre est on ne peut plus connu.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑