Recherche

Avis lecture – Blog imaginaire : fantasy, fantastique, science-fiction (SFFF)

Un brin de fantasy pour illuminer vos nuits…

Tag

Éditions L’homme sans nom

The 8list, Pierre Léauté

[Anticipation] Bien que ce ne soit pas mon genre de prédilection, je me suis régalée avec ce techno-thriller addictif. En basant son roman sur l'idée que la haine est universelle (vrai) et qu'il est possible d'en tirer profit (encore vrai), Pierre Léauté fait de The 8list une vérité aussi captivante que dérangeante. Pour ce faire, il nous invite à suivre les aventures (les succès et les déboires, plutôt) d'un anti-héros dont la haine surpasse de loin celle des autres. Pourquoi ? Que lui est-il arrivé ? Eh bien, tant de choses qui m'ont permis de le comprendre ! Je pourrais en dire beaucoup plus sur cette critique de la société à l'heure des réseaux sociaux, tant ce roman est riche (y compris sur le plan technologique, gare à la surchauffe du cerveau !), mais le mieux est encore que vous le découvriez par vous-même. Personnellement, je suis conquise !

Journal intime d’un Dieu omniscient, Adrien Mangold

[Light fantasy] Journal intime d'un Dieu omniscient est pour moi un OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) réservé à des lecteurs aguerris. En effet, malgré mon bagage en imaginaire, j'ai peiné pendant environ 100 pages (soit plus d'un quart du livre) avant de trouver mes repères. Un peu long, non ? Une fois ce cap franchi cependant, j'ai grandement apprécié ma lecture. J'ai rarement rencontré d'univers aussi original, ni aussi développé. Adrien Mangold a réalisé un travail d'orfèvre qui, certes, complexifie son histoire mais dont on ne peut nier la richesse. Seul bémol : le dénouement que j'ai trouvé trop abrupt, mais il s'agit là d'un ressenti tout à fait personnel.

Le Chant des Géants, David Bry

[Heroic fantasy] Le Chant des Géants, c'est de la fantasy épique comme je n'en avais plus lu depuis longtemps ! Et c'est une réussite, car l'auteur s'est débarrassé des longueurs habituelles du genre. Un nombre de personnages restreint et des ellipses temporelles bien placées, voilà qui confère du dynamisme au récit sans altérer sa profondeur. J'aurais aimé être davantage surprise quant aux dessous de l'intrigue, mais cela ne m'a pas empêchée de passer un super moment de lecture, sublimé par la plume incroyable de David Bry !

Célestopol 1922, Emmanuel Chastellière

[Uchronie] Dans Célestopol 1922, recueil composé de 13 nouvelles, Emmanuel Chastellière change le destin de figures célèbres qui auraient vécu dans la plus grande cité lunaire, rien que ça ! En parallèle, il n'hésite pas à créer ses propres personnages afin d'offrir de la consistance à son univers, et ça fonctionne. Certes, j'aurais préféré qu'il y ait davantage de liens entre les nouvelles et que l'on croise plus souvent le duc Nikolaï, mais j'ai tout de même passé un très bon moment de lecture.

La Princesse au visage de nuit, David Bry

[Fantastique] La Princesse au visage de nuit, c'est avant tout une ambiance. Celle des nuits d'orage où l'on recherche le frisson ! Et je dois dire que c'est une réussite. David Bry met à profit son style unique pour nous embarquer dans ce village reculé où se déroulent des phénomènes étranges. J'aurais certes préféré que l'aspect fantastique soit plus développé, mais je me suis quand même prise au jeu de l'enquête, bien que celle-ci ne soit pas des plus fouillées. Seul véritable bémol : j'ai trouvé la fin expéditive.

Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver, Noémie Wiorek

[Dark fantasy] Voilà donc une histoire aussi originale que déroutante. Une chose est sûre, l'univers construit par l'auteure sort des sentiers battus - ou alors est-ce sa manière de l'appréhender ? Quoi qu'il en soit, j'ai eu du mal à m'y plonger, car il est rempli de zones d'ombre. En outre, le style de Noémie Wiorek est inutilement complexe par moments et des longueurs parsèment la première partie. Pourtant, certaines révélations m'ont ravie. En bref, une lecture en demi-teinte !

Les bras de Morphée, Yann Bécu

[Anticipation] Que d'humour dans ce one-shot ! J'ai souri, ri même, en découvrant certaines scènes, rocambolesques au possible. Le tout est saupoudré d'aventures improbables, de personnages atypiques et d'une enquête, ma foi, assez intrigante.

Que passe l’hiver, David Bry

[Heroic fantasy - Fantasy politique] Porté par une plume aux accents poétiques, Que passe l'hiver est un huis clos mêlant complots et héroïsme dans un décor au froid mordant. J'ai beaucoup aimé !

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑