Editeur : Bragelonne
Date de sortie : 22 juin 2012
Genre : dark fantasy

Synopsis

À treize ans, il est le chef d’une bande de hors-la-loi sanguinaires. Il a décidé qu’à quinze ans, il serait roi.

Le prince Jorg Ancrath a quitté le château de son enfance sans un regard en arrière, après qu’il fut contraint d’assister au massacre de sa mère et de son frère. Depuis ce jour, il n’a plus rien à perdre. Il avance porté par sa fureur.

L’heure est venue de s’emparer de ce qui lui revient de droit. À la cour de son père l’attendent la traîtrise et la magie noire. Mais le jeune Jorg ne craint ni les vivants ni les morts. Animé d’une volonté farouche, il est prêt à affronter des ennemis dont il n’imagine même pas les pouvoirs.

Car tous ceux qui ont pris l’épée doivent périr par l’épée.

Critique

Avec un temps de retard

La saga de L’empire brisé prend la poussière dans ma bibliothèque depuis… pfioou une éternité ! En fait, depuis la parution du premier volet, en 2012. Et là, j’ai honte…

Heureusement, Le prince écorché me faisait toujours autant envie qu’au moment de son achat et ce, en dépit des avis négatifs que j’ai pu voir sur la toile. J’ai donc fini par le sortir. Et je ne suis pas déçue !

Une lecture déstabilisante

Difficile de choisir entre les adjectifs « dur », « sanglant » et « cruel » pour vous décrire ce récit, car il est tout ça à la fois. Mais au-delà de cette ambiance sombre que j’affectionne et qui est ici poussée à l’extrême, je dois vous avertir : le texte n’est pas fluide. Comment le pourrait-il ? Il nous plonge dans les pensées d’un enfant perverti par le sang et la mort. Un enfant qui, pour devenir adulte, a pris comme modèle des mercenaires dont le sadisme dépasse l’entendement.

Avec le recul, je m’aperçois que j’ai mis du temps à arriver au bout de ce premier tome, non pas parce que je ne l’appréciais pas, mais parce que j’avais l’impression que chaque mot avait un sens caché, que chaque phrase révélait un secret.

La haine en étendard

Les personnages du Prince écorché m’ont fait horreur. Pourtant, ils sonnent juste. Ici, les vrais héros n’existent pas. Il ne reste que des hommes qui peuvent se montrer bons et mauvais selon leur humeur. Les personnages de cette trilogie sont donc capables de sauver un village et, la minute suivante, d’en condamner un autre, si cela sert leurs intérêts.

Par conséquent, Jorg, le protagoniste central, n’est pas un exemple à suivre. Il pille, viole et tue sans états d’âme. Pourquoi ? Parce que dans son monde, c’est la loi du plus fort. Pour être au-dessus des autres, il faut ruser. Or, Jorg excelle dans ce domaine !

Mais avant de devenir cet adolescent barbare, il n’était qu’un petit garçon que l’on entrevoit parfois derrière sa carapace. J’ai d’ailleurs aimé découvrir son passé au moyen de flashbacks. Avant d’être bourreau, il a lui aussi été victime. Malgré le dégoût que nous inspirent ses actes, on ne peut s’empêcher de le comprendre. C’est comme un cercle sans fin ; la haine engendre la haine qui engendre la haine… Et ça ne s’arrêtera que lorsqu’il ne restera plus qu’un seul vainqueur. Ça vous donne une petite idée du genre de batailles menées dans L’empire brisé, non ?

Un soupçon de magie

Outre les combats épiques pour gagner le pouvoir, Le prince écorché contient sa part de magie. Je préfère ne pas vous en dire plus, afin de vous laisser la surprise, mais j’ai adoré me confronter, en même temps que Jorg, à des puissances qui le dépassent. Ne vous attendez donc pas à des dragons ou des elfes, ce sont ici des créatures tout droit sorties de l’imagination – assez tordue, il faut le dire – de Mark Lawrence.

Âmes sensibles s’abstenir !

Il est clair que ce roman n’est pas à mettre dans toutes les mains. Ainsi, si vous avez un peu de mal avec les comportements les plus vils qui soient, je vous conseille de passer votre chemin. En revanche, si vous êtes un grand amateur de dark fantasy, L’empire brisé pourrait vous plaire.

Toutefois, je préfère vous prévenir : entrer dans cette histoire n’est pas facile. Ce livre est comme une montagne que l’on peine à gravir ; une fois que vous avez grimpé le premier versant, vous n’avez qu’une seule envie, celle de poursuivre. Mais encore faut-il arriver jusque-là…

Du même auteur

L’empire brisé, tome 2 : Le roi écorché, Mark Lawrence