Editeur : Bragelonne
Date de sortie : 25 janvier 2013
Genre : dark fantasy

Synopsis

L’Empire Brisé est agité par des affrontements sans fin.

Sur le long chemin de sa quête de vengeance, l’honoré Jorg Ancrath a découvert les responsables de cette éternelle guerre, et il s’est mis en tête de les défier. Or une armée de six nations coalisées, forte de vingt mille soldats, marche sur le château de Jorg. Les bons rois savent ployer l’échine devant une défaite annoncée, ne serait-ce que pour protéger leurs sujets et leurs terres. Jorg n’est pas un bon roi.

Confronté à un ennemi bien plus puissant que lui, Jorg sait qu’il ne pourra pas l’emporter à la loyale. Mais il n’a jamais eu l’intention de jouer selon les règles.

Critique

Macabre et violent

Comme dit dans ma précédente chronique, j’avais beaucoup aimé le premier tome de L’empire brisé. Mais alors, le deuxième… il est encore meilleur ! Toutefois, ce n’est pas un coup de coeur. Pourquoi ? D’abord, parce que des longueurs se sont immiscées dans la première partie de l’histoire. Ensuite, parce que certaines scènes étaient vraiment très dures. Pour tout vous dire, l’une d’entre elles a bien failli me perdre en cours de route, tant j’étais bouleversée.

Heureusement, j’ai persévéré et ai accepté le côté extrêmement sombre, extrêmement sanglant de cette trilogie. Et j’en ressors totalement conquise !

Accrochez-vous…

…car l’auteur vous manipule sans vergogne. Entre ses pages, il joue avec le temps comme avec les mots. En effet, chaque chapitre possède sa propre temporalité. Passé et présent s’entremêlent donc, ce qui permet à Mark Lawrence de tisser son récit avec habilité. Et c’est sans compter les journaux intimes de Katherine, qui expriment des pensées… troublantes ?  

Alors certes, il n’est pas toujours facile de suivre le fil de l’histoire, mais ça en vaut la peine ! De plus, cette construction particulière favorise les rebondissements. Il est donc impossible de prévoir la suite des événéments, ce que j’apprécie tout particulièrement dans un livre. 

En bref, chaque page fut une révélation, chaque chapitre une désillusion. Jusqu’à la fin, qui n’a pas manqué de me surprendre !

Un deuxième tome dans la continuité du premier

En débutant Le roi écorché, je pensais sincèrement que l’intrigue repartirait sur de nouvelles bases. Et, en un sens, ce fut le cas. Toutefois, l’auteur n’hésite pas à faire des parallèles avec le passé de Jorg, son héros. Ainsi, les informations obtenues dans Le prince écorché enrichissent notre compréhension de l’histoire et trouvent parfois un nouveau sens.

J’ai donc découvert plus avant l’enfance de Jorg, ai revécu, avec lui, des souvenirs qui l’ont forgé. Et je suis passée par toutes les émotions ! Entre la cruauté de son père et les souffrances que la vie lui a infligées, toute la complexité de ce personnage m’est apparue. En fin de compte, ses agissements, même les plus cruels, répondent à une certaine logique…

Le second degré, un art à part entière

La violence atteint son apogée dans Le roi écorché, c’est pourquoi l’auteur l’a contrebalancée par des répliques désopilantes. L’ironie est ainsi mise à l’honneur dans ce deuxième volet, ce qui n’a pas manqué de me faire sourire.

En voici un exemple :

« Je souffrais du genre de mal de tête qui vous fait voir la décapitation sous un jour favorable. »

Du même auteur

L’empire brisé, tome 1 : Le prince écorché, Mark Lawrence

Publicités