Editeur : Bragelonne
Date de sortie : 12 septembre 2018
Genre : dark fantasy

Synopsis

Après le massacre de son clan, Oziel, fille de la maison du Drac, a réussi à fuir dans les bas-fonds de la cité labyrinthique d’Arkane.

Là, elle va se mettre en quête de son frère aîné et organiser leur vengeance…

De leur côté, Renn, l’apprenti-enchanteur de pierre, et Orik, guerrier venu d’une lointaine contrée, arrivent en vue de la grande cité porteurs d’une bien sinistre nouvelle : l’arrivée imminente de l’invincible armée d’invasion qui a déjà anéanti le royaume d’Orik !

Les destinées de notre trois héros vont s’entremêler et décider de l’avenir d’Arkane.

Critique

Une suite très attendue

Ayant beaucoup aimé le premier volet d’Arkane, j’étais plus que ravie de me lancer dans la lecture du second. Je me l’étais d’ailleurs réservé pour le Pumpkin Autumn Challenge, certaine de savourer cette fin.

Mais j’ai sûrement fondé trop d’espoirs sur ce diptyque, car j’en ressors déçue.

De la dark fantasy déguisée ? 

Les premiers événements, dans La désolation, étaient durs, sanglants. Ils annonçaient une lutte terrible pour la survie. Et pourtant, ce n’était qu’une impression.

Comme dans le premier tome, les héros de l’histoire sont sans cesse aidés ou bénéficient d’une chance inouïe. Des personnages secondaires se sacrifient régulièrement, mais eux survivent quoi qu’il arrive, afin d’accomplir leur destinée. Et quelle destinée ! Elle me semblait si prometteuse…

Des héros décevants

En débutant La résurrection, j’étais impatiente de retrouver Noy, de comprendre le rôle qu’il avait à jouer. Piégé par sa femme, coincé dans une famille qui n’est pas la sienne, manipulé de toutes parts, qu’allait-il devenir ? Quant à Oziel, rejoindrait-elle son frère, comme prévu ? Et Renn, parviendrait-il à temps à Arkane afin de prévenir ses habitants de l’arrivée prochaine de l’ennemi ?

Eh bien, j’ai eu des réponses à mes questions, mais elles ne m’ont pas satisfaite. L’évolution de ces personnages, au début spectaculaire et finalement peu crédible, ne m’a pas convaincue. Un brin de romance vient même s’immiscer dans l’histoire au plus mauvais moment et sans la moindre subtilité.

Quand l’intrigue s’étire à l’infini

Dès le départ, on sait qu’Arkane va connaître des heures sanglantes. Quelques élus vont en effet risquer leur vie pour sauver la cité, qui connaît l’anarchie. Pierre Bordage a d’ailleurs offert l’impulsion nécessaire à son intrigue pour donner envie au lecteur de connaître la suite.

Je m’attendais donc à un combat épique, un final grandiose. Le problème, c’est que ce moment tarde à arriver. Pire encore, l’auteur passe son temps à l’annoncer, sans pour autant tenir ses promesses, et comble les blancs avec des batailles inutiles. Résultat : je me suis lassée d’attendre !

Et lorsqu’enfin – enfin ! -, l’instant survient, il ne reste plus que 10 pages à lire. Je me suis alors demandé comment Pierre Bordage allait conclure son histoire. Pendant quelques secondes, j’ai même cru qu’il y aurait un tome 3. Mais non ! Le dénouement est tout simplement bâclé, invraisemblable, sans fondements. Je dirai même cliché !

Bref, voilà comment achever une saga au potentiel incroyable sur une note négative

Du même auteur

Arkane, tome 1 : La désolation, Pierre Bordage

Publicités