Editeur : Livre de poche
Date de sortie : 12 octobre 2011
Genre : high fantasy

Synopsis

Les brumes règnent sur la nuit, le Seigneur Maître sur le monde.

Vin ne connaît de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de mille ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur.

Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux. Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un projet fou : renverser l’Empire.

Critique

Parce que c’est du Brandon Sanderson

Pour mes vacances de Noël, je me suis réservé une lecture qui, j’en étais certaine, allait me plaire au-delà de toutes mes espérances. Pourtant, j’avais mis la barre très, très haut. Je parle évidemment du premier tome de la saga Fils-des-Brumes, qui dort depuis bien trop longtemps dans ma PAL. Et quel coup de coeur !

Une fois encore, Brandon Sanderson a produit un véritable chef-d’oeuvre. Pour moi, cette série est encore meilleure que Coeur d’acier et Warbreaker, et ce n’est pas peu dire.

Une frayeur passagère

En débutant L’Empire Ultime, je redoutais d’avoir des exigences trop élevées, ce que semblaient confirmer les premiers chapitres. En effet, toute l’intrigue tourne autour d’un plan, un plan risqué, voire carrément insensé : renverser le Seigneur Maître. Le hic, c’est que ce plan est loin d’être simple. Il fallait donc l’orchestrer avec minutie, recruter des personnes compétentes, appréhender les conséquences possibles, et tout cela a pris un temps fou ! Bref, j’étais impatiente de voir ce plan mis à exécution. Et quand c’est arrivé…

L’intrigue est littéralement devenue passionnante, exaltante, incroyable ! Sincèrement, si je n’ai jamais douté du talent de Brandon Sanderson, je dois avouer qu’il s’est surpassé pour cette saga.

La recette miracle

Avec le recul, je m’aperçois que l’auteur n’a rien réinventé. Au contraire, il reprend des codes mille fois utilisés, mais qui ont mille fois fait leurs preuves : un peuple opprimé, des injustices que l’on ne peut tolérer, une révolte qui gronde… Il a cependant su manier ces éléments avec brio, exploiter leur potentiel au maximum, et c’est ce qui fait toute la différence !

Il a conféré une telle richesse à son univers, une telle profondeur à ses personnages, une telle complexité à son système de magie que l’on en oublie la réalité pour vivre cette histoire pleinement.

D’ailleurs, concernant le système de magie développé dans Fils-des-Brumes… Ouaw ! Grâce à l’allomancie, les personnages sont capables de voler, de se battre comme des titans, d’affûter leurs sens jusqu’à voir au-delà du brouillard. Et ces capacités reposent sur des règles très complexes, des explications tellement poussées qu’on y croirait presque !

Des héros à la personnalité unique

Si je me suis investie autant dans l’histoire, c’est parce que Brandon Sanderson est parvenu à faire naître en moi un attachement sincère pour ses personnages. Je suis sûre que si vous vous lancez dans cette lecture, vous n’y échapperez pas non plus.

Ignorant l’étendue de ses pouvoirs, Vin est une enfant craintive qui, sous l’impulsion de Kelsier, se transforme lentement en une jeune femme pleine d’assurance. Quant à Kelsier lui-même… C’est le héros par excellence, celui qui endosse le rôle de meneur sans broncher, qui est prêt à prendre tous les risques, parce qu’il a déjà trop perdu pour renoncer. Ça ne veut pas dire qu’il n’est pas effrayé, qu’il n’a pas conscience des dommages collatéraux, simplement qu’il n’a plus le choix : s’il ne sauve pas l’Empire Ultime du Seigneur Maître, personne d’autre ne le fera…

Le coup de coeur ne s’arrêtera pas là

Brandon Sanderson n’a pas besoin de terminer sur un cliffhanger insoutenable pour pousser ses lecteurs à continuer la saga. Alors oui, L’Empire Ultime a une fin, une vraie fin, et celle-ci m’a fait passer par tous les sentiments : colère, désespoir, haine et, bien sûr, passion. Heureusement, ce n’était que la première étape. Et, croyez-moi, je suis prête pour la suivante !

Du même auteur

Coeur d’acier, tome 2 : Brasier, Brandon Sanderson
Coeur d’acier, tome 3 : Calamité, Brandon Sanderson

L’âme de l’empereur, Brandon Sanderson
Warbreaker, Brandon Sanderson

Publicités