Editeur : Plume Blanche (collection Plume d’Argent)
Date de sortie : 2 juillet 2019
Genre : fantasy politique (young adult)

Synopsis

Rozenn Kaplang est une rebelle.

La voilà prête à prendre les armes auprès des siens contre le sultan. Seulement, si elle veut parvenir à ses fins, elle n’a pas d’autres choix que de s’allier aux princes.

Mais à qui choisiront-ils d’accorder leur allégeance ? À la liberté tant convoitée par les djinns ou à leur père ?

Critique

Quand une histoire vous prend aux tripes

Après avoir lu – dévoré, plutôt ! – le premier volet de Rozenn, je n’avais qu’une envie : enchaîner avec le second numéro, ce qui est plutôt rare. En effet, j’ai pris l’habitude de faire des pauses régulières dans mes sagas, d’alterner les genres. Et pourtant, impossible d’attendre !

Heureusement, ayant un bon pressentiment concernant ce diptyque, j’avais déjà acheté la suite en avant-première à Mon’s Livre :

dedicace-rozenn-2

Et, je vous le dis sans détour, cette lecture fut un véritable coup de coeur !

La révolte, c’est pour maintenant

Voilà la thématique de ce deuxième tome. Autant vous dire que l’intrigue prend un nouveau tournant, et quel tournant ! Désormais à la tête de la rébellion djinn, Rozenn a enfin la possibilité d’aider son peuple. Des plans sont élaborés avec ingéniosité, des ruses se construisent dans l’ombre, bien loin du palais du sultan.

Et les décors imaginés par Laëtitia Danae m’ont une fois de plus fait rêver. J’y ai découvert des endroits magiques, féeriques même. Toutefois, cette escapade au coeur du désert ne pouvait pas durer ; il fallait abattre l’ennemi. Définitivement.

Ainsi, si les jeux de pouvoir à la cour se poursuivent, ils s’accompagnent désormais de plans ambitieux. Résultat : le récit se révèle plus sombre, l’atmosphère plus menaçante. Et c’est une vraie réussite ! 

Un défaut ? Où ça ?

Souvenez-vous : dans ma chronique précédente, j’avais précisé que la romance ne me convenait pas entièrement. Même si elle n’était pas prévisible, je l’avais trouvée trop rapide et un brin cliché. Mais c’est loin d’être le cas ici.

Avec une plume toujours aussi efficace, Laëtitia Danae offre davantage de profondeur à cette histoire d’amour qui, il faut l’avouer, passe au second plan. Et quoi de plus normal ? La rébellion est la priorité de tous. En résumé, c’est bien dosé et bien tourné !

Des personnages qui se dévoilent

Si Rozenn a déjà fait ses preuves dans le premier numéro, ce n’était pas le cas de tous. Certains personnages ne m’avaient pas encore convaincue, et j’ai donc été ravie d’assister à leur révélation.

Je me suis enfin attachée à Callum qui laisse peu à peu tomber le masque du prince indifférent et montre avec  fierté sa fragilité intérieure. Quant à Odeleen, elle se décide finalement à agir, à prendre des risques, et c’est appréciable de se découvrir une nouvelle alliée au sein du palais.

Ce final, cette apothéose

Rozenn, c’est avant tout une lente montée en puissance. C’est une intrigue dont on découvre l’apogée lors du dénouement, dénouement qui explose littéralement le coeur du lecteur. Même si l’un des éléments de cette fin m’a semblé invraisemblable – promis, je n’en dirai pas davantage ! -, je dois dire que je ressors conquise de cette lecture incroyable.

Du coup, j’ai très envie de me lancer dans la saga Initiée, également écrite par Laëtitia Danae. Qu’en pensez-vous ?

Du même auteur

Rozenn (tome 1), Laëtitia Danae

 

Publicités