Éditeur : Snag
Date de sortie : 7 juin 2018
Genre : heroic fantasy (young adult)

Synopsis

« Un jour, on m’a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché. Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d’être une initiée ».

Lilith, fille de paysan, vit dans un village reculé, rongé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan.

Critique

Cette auteure que j’ai envie de suivre

Après avoir lu Rozenn, duologie qui a dépassé toutes mes attentes, j’étais impatiente de me lancer dans une autre saga de l’auteure. J’ai donc proposé à Jabber The Reader, qui partage mon amour pour Rozenn, de lire ensemble Initiée (son avis, ici). Ce premier volet traînait en effet dans ma PAL depuis la Foire du Livre de Bruxelles de 2019 :

dedicace-lune-pourpre-1

Alors, verdict ? Pour moi, mais aussi pour ma binôme, Lune pourpre n’égale pas Rozenn, peut-être parce qu’il s’agit de la toute première saga de Laëtitia Danae. Et puis, il faut dire que ce sont deux genres totalement différents. Cependant, j’ai bon espoir de voir mon appréciation grandir au fil des tomes. Mais revenons-en à Initiée. Qu’en ai-je pensé ?

Comme un air de ressemblance

Dans les premiers chapitres, l’univers m’a étrangement rappelé celui d’Eragon, excepté que le héros est une héroïne et les dragons, des loups. D’ailleurs, c’est peut-être pour cette raison que j’ai mis la barre un peu haut, ayant adoré L’Héritage de Christopher Paolini. Mais j’y reviendrai plus tard.

Quoi qu’il en soit, Lune pourpre possède un univers bien à lui, et c’est probablement son plus grand point fort. En un tour de main, Laëtita Danae nous transporte dans un monde où la magie possède ses propres lois et où des créatures, parfois très éloignées de l’être humain, sont habitées de grands pouvoirs. Chaque page est une nouvelle découverte, ce que j’ai vraiment apprécié !

En fait, le côté plus classique tient davantage dans le déroulé de l’intrigue…

Des clichés assumés ?

Soyons honnêtes, le scénario n’a rien de fondamentalement original ; fille de paysan, Lilith se découvre des capacités hors du commun et quitte donc son père pour embrasser sa destinée. Quelle est-elle ? Je vous laisse le deviner !

J’aurais néanmoins préféré que l’auteure sorte des sentiers battus, et ce ne fut pas le cas. Lilith suit en effet le chemin que l’on a tracé pour elle ; elle devra d’abord apprendre à contrôler sa magie et surmonter divers obstacles. Elle deviendra ainsi suffisamment forte pour affronter le véritable ennemi, mais là encore, je ne vous en dirai pas plus.

Vous l’aurez donc compris, l’histoire est prévisible. Bien que notre héroïne frôle la mort à plusieurs reprises, on ne craint jamais pour sa vie, plutôt pour celle de ses proches – un personnage secondaire est toujours sacrifié dans ce genre d’épopées. Alors, même si j’avais envie de poursuivre ma lecture, certaines facilités m’ont sauté aux yeux ; des problèmes épineux trouvent rapidement une solution, des épreuves quasiment insurmontables rencontrent une fin heureuse, etc.

Les personnages non plus n’échappent pas aux stéréotypes

Lilith est le type d’héroïne que l’on a tous déjà croisé dans un bon roman d’heroic fantasy. Jeune fille au grand cœur, elle n’en est pas moins impulsive et tête de mule, ce qui la mène parfois à se jeter dans la gueule du loup. Mais c’est justement ce qui fait le piment de cette histoire ! Alors, si je regrette qu’elle n’ait pas été plus nuancée, je l’ai quand même appréciée. En fait, je m’attendais à ces lieux communs, raison pour laquelle je n’ai pas été déçue. J’espère simplement que l’on découvrira d’autres pans de sa personnalité dans les tomes suivants.

Par contre, je rejoins ma binôme de lecture sur un point : était-ce vraiment nécessaire de dédier 200 pages à son enfance ? Certes, celle-ci n’est pas dénuée d’intérêt, mais l’histoire tarde vraiment à décoller et ça lui porte préjudice, selon moi.

Enfin, concernant les personnages secondaires, il n’y a pas grand-chose à ajouter. Je peux ranger chacun d’entre eux dans des cases (le meilleur ami amoureux, le protecteur bienveillant, l’ennemi machiavélique…), ce que je déplore. Mais là encore, j’attends davantage d’approfondissement dans la suite, en particulier pour les antagonistes. Vous me trouvez naïve ? Peut-être, mais je fais confiance à Laëtitia Danae pour me surprendre !

Un revirement qui me laisse perplexe

Alors que l’histoire se poursuit, que les aventures de Lilith se multiplient, que les enjeux gagnent en précision, l’auteure amorce un nouveau tournant dans l’intrigue. Or, je ne suis pas sûre d’y adhérer !

Néanmoins, cet élément survient très tard dans le récit et je ne veux pas vous spoiler. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il concerne Helian. (N’hésitez pas à venir m’en parler en message privé, si l’envie vous en prend.)

Quoi qu’il en soit, je réserve mon jugement. Suite au prochain numéro !

Du même auteur

Lune pourpre, tome 2 : Asservie, Laëtitia Danae

Rozenn (tome 1), Laëtitia Danae
Rozenn (tome 2), Laëtitia Danae