Éditeur : Gulf Stream
Date de sortie : 11 juin 2020
Genre : fantasy (aventures) (jeunesse)

Synopsis

« Il fut un temps où les Alchimistes nourrissaient le Haut et Bas-Monde de leurs inventions merveilleuses, produits de magie et de science. Un temps de machines extraordinaires, de prodiges électriques et d’individus aux pouvoirs fantastiques. Une époque révolue depuis que les Industriels ont éradiqué les Alchimistes et leur formidable savoir. Pourtant, on raconte qu’à l’aube de leur disparition, ils auraient caché leur fabuleux trésor dans une cité secrète… »

Quatre siècles après la Grande-Fracture, les habitants du Bas-Monde traversent une ère obscure et rétrograde, tandis que le Haut-Monde, figé depuis l’extinction des Alchimistes, demeure inaccessible et fait l’objet de tous les fantasmes.

Originaire du Bas-Monde, Prudence vit en paria car elle voit l’avenir en rêves.

Une nuit, son village est attaqué par des pirates du ciel. Enlevée et enrôlée de force à bord de L’Héliotrope, un navire volant à la sinistre réputation, la jeune orpheline découvre un nouvel univers, celui du ciel et de ses pirates. Prudence fait la connaissance des membres de l’équipage, qui ne tardent pas à lui révéler leur secret : ils détiennent un indice, menant à une série de « clefs » disséminées dans le monde qui permettrait de retrouver la cité des Alchimistes…

Critique

Quand un livre me fait de l’œil…

J’avais repéré le tome 1 de Steam Sailors quelque temps avant sa sortie, attirée par son univers steampunk et ses pirates du ciel. J’ai donc profité de ma présence à la Foire du Livre de Bruxelles pour me le procurer en avant-première et du mois de la fantasy (challenge organisé par Stéphanie, alias Pikiti Bouquine) pour le dévorer. 

À mi-chemin entre Pirates des Caraïbes et Indiana Jones, L’Héliotrope est un condensé d’aventures qui a tout pour plaire aux plus jeunes, mais également aux plus grands. Bref, une franche réussite !

Une écriture très visuelle

Dès les premières pages, je suis tombée amoureuse de la plume de l’auteure, tandis qu’elle se lançait dans le récit d’une jeune fille de bonne famille malmenée par des pirates sans foi ni loi. Les décors, les personnages, les dialogues : tout prenait vie sous mes yeux.

En outre, E. S. Green propose avec L’Héliotrope un roman tout public. Ainsi, si les adolescents pourront sans mal suivre les aventures de nos héros, les adultes y trouveront également leur content grâce à une multitude de petits détails permettant d’enrichir et l’intrigue et l’univers !

J’embarque pour le Haut-Monde dès que possible !

Si la fantasy est mon genre de prédilection, c’est parce que j’aime me plonger dans d’autres univers, tantôt sombres, tantôt lumineux. Celui de Steam Sailors fait indéniablement partie de la première catégorie, en dépit de quelques batailles sanglantes. Et quel régal !

Des navires explorant les cieux, des îles flottantes, des artefacts magiques : voici autant d’éléments que j’ai rencontrés au cours de ma lecture. Le tout est saupoudré d’une touche de steampunk, ce qui n’a fait qu’attiser ma curiosité pour le Haut-Monde et ses secrets !

Mais qui n’aime pas les pirates ?!

C’est une figure phare en jeunesse, et E. S. Green lui rend hommage. Bien sûr, à bord de L’Héliotrope, pas de jambes de bois, mais des membres mécaniques, ce qui a beaucoup plus de charme, si vous voulez mon avis. Néanmoins, l’essentiel, ce n’est pas l’apparence que revêtent les personnages, mais leur personnalité. L’auteure est en effet parvenue à leur offrir une véritable identité, tout en respectant leur âme de pirate ! Entre l’intrépide Ezekiel, le sage Gareth et le charismatique Théodore, je suis incapable de faire un choix. J’ai adoré apprendre à les connaître et, pour certains d’entre eux, découvrir leur passé.

Je me rends compte à l’instant que les protagonistes sont plus nombreux que cela. Pourtant, je n’ai aucun mal à les distinguer, ni à les visualiser, preuve incontestable que l’écrivaine est parvenue à m’emporter avec elle dans son imaginaire.

Une héroïne ordinaire ? Pas si sûr !

Face à ces personnages hauts en couleur, Prudence pourrait s’effacer aux yeux du lecteur, mais il n’en est rien. En premier lieu parce que c’est à ses côtés que nous débutons l’histoire. Loin de rentrer dans le moule, elle prend rapidement son indépendance dans le Bas-Monde et on l’aime pour cela. 

Quand elle débarque inopinément à bord de L’Héliotrope, c’est par son regard que l’on découvre la vie de bandit du ciel. Bien que déroutée par tant de changements, elle apprend vite, s’attache progressivement à ses compagnons et adopte peu à peu l’attitude d’un véritable pirate. Voilà donc une jeune fille attachante dont les capacités d’adaptation forcent le respect. Un bel exemple à suivre pour de jeunes lecteurs !

Sur la trace des Alchimistes

S’agissant de littérature jeunesse, le rythme est assez soutenu et les rebondissements nombreux. Mais ce qui, pour moi, fait le talent d’E. S. Green, c’est l’équilibre sur lequel elle a fondé son intrigue. L’action n’est jamais précipitée, mais l’on ne s’ennuie pas pour autant. Le quotidien à bord du navire trouve facilement sa place dans l’histoire, notamment grâce à des ellipses temporelles maîtrisées. Et, enfin, les révélations tombent toujours à pic.

Ah, et vous ai-je parlé des légères touches d’humour qui n’ont pas manqué de me faire sourire, ce qui constitue un véritable exploit me concernant ? En outre, contrairement à d’autres romans pour adolescents, les événements ne m’ont pas semblé trop rapides ou tirés par les cheveux !

Bon, je l’admets, il y a quand même un hic : ce premier tome s’achève sur un véritable cliffhanger et je n’ai pas la suite sous la main ! Je vais donc devoir patienter pour la dévorer.

De la même auteure

Steam Sailors, tome 2 : Les Alchimistes, E. S. Green