Editeur : Plume Blanche (collection Plume Noire)
Date de sortie : 1er mai 2018
Genre : dark fantasy

Synopsis

Seïs se voit contraint d’abandonner Naïs en Principauté pour retourner de toute urgence à Macline. Mais voilà, la jeune femme s’approche dangereusement de Noterre… au risque de tomber entre les griffes du lion blanc. Toutes les fondations du pays sont menacées et risquent de s’effondrer, et au-delà, celles de leur propre existence.

Parviendront-ils à protéger leur univers, leur croyance et leur vie ? Réussiront-ils à se retrouver en dépit du fossé qui les sépare désormais ?

Critique

Un véritable chef-d’oeuvre !

Comme je l’annonçais dans ma chronique précédente, j’ai réussi à me procurer le tome 3 du Porteur de Mort en avant-première, à Mon’s Livre. Imaginez comme j’étais impatiente de le commencer… et de le terminer, une fois les premières pages tournées ! Et quelle période plus appropriée que Noël pour vous parler de cet énorme coup de coeur ?

Les meilleures histoires sont celles qui se construisent pas à pas…

…et Le Porteur de Mort n’a pas fait exception. J’attendais tellement de ce troisième volet, mais je dois dire que le résultat est au-delà de mes espérances. Pourtant, ce n’était pas gagné : les débuts m’ont semblé un peu lents, bien que cela soit justifié – et oui, l’intrigue est toujours aussi complexe qu’auparavant, si ce n’est plus !

Mais à l’instant même où je me faisais cette réflexion, le récit a brutalement décollé pour ne jamais retomber ! C’est devenu si intense, si fascinant que je n’ai pas pu m’arrêter de lire, lire, lire encore et encore pendant deux jours, jusqu’à connaître le dénouement. Et quel final magistral !

Le point fort de cette saga ? Ses personnages !

Je le répète depuis le début, mais Angel Arekin a un don incroyable pour créer des personnages à la fois convaincants et attachants. J’ai tant tremblé pour Seïs et Naïs, tant espéré qu’il ne leur arrive rien ! Bien que leur relation évolue enfin – je ne vous dirai pas dans quel sens, bien sûr -, l’auteure ne tombe jamais dans les clichés, ni dans les raccourcis. Ici, ce sont les actes qui parlent, avant les mots. Car ceux d’Angel Arekin sont si criants de vérité qu’on s’immerge totalement dans l’histoire. Je le dis et le redis encore, sa plume est tout simplement exceptionnelle !

Revenons un instant aux personnages. Comme l’indique son titre, ce troisième numéro s’intéresse enfin au plus grand ennemi de la couronne : Noterre. Jusqu’à maintenant, il m’était resté mystérieux. J’ignorais tout de ses aspirations et partageais donc le point de vue d’Asclépion : c’était lui, la cause de tous les malheurs. Mais le lion blanc est bien plus que cela. Ce tome, qui porte son nom, est une succession de révélations le concernant. Enfin, Seïs et Naïs sont en mesure d’identifier leur adversaire et de le comprendre. Pour mieux le contrer… ?

Et si, parfois, le scénario ne tenait qu’à un fil, ce n’était qu’une impression. Car Angel Arekin maîtrise parfaitement son intrigue. Celle-ci est tellement bien ficelée, tellement bien menée, qu’on se laisse prendre au jeu, ici plus que jamais.

Un récit parallèle qui se dévoile peu à peu

Les pages noires ! Au début, je n’y comprenais pas grand-chose, mais le but était certainement de perdre le lecteur, d’ouvrir une minuscule fenêtre sur des zones d’ombre toujours plus nombreuses. Aujourd’hui, j’aperçois un semblant de cohérence, enfin.

Naturellement, je veux savoir, en découvrir davantage !  Une chose est sûre : je ne pourrai jamais attendre 2019 pour connaître la suite, car cette histoire est aussi unique qu’addictive ! Il n’y a plus qu’à espérer que je puisse également acquérir le tome 4 en avant-première…

Du même auteur

Le Porteur de Mort, tome 1 : L’apprenti, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 2 : Tenshin, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 4 : Poursuite, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 5 : Le Prisonnier, Angel Arekin