Editeur : Plume Blanche (collection Plume Noire)
Date de sortie : 7 mai 2019
Genre : dark fantasy

Synopsis

Séïs n’a plus le choix. Pour protéger Naïs et son fils aux pouvoirs mystérieux, il doit tout quitter : Asclépion, la confrérie des Tenshins et peut-être même ce qui lui restait encore d’humanité.

À l’ombre de toute chose, la silhouette du Porteur de Mort n’est jamais loin. En Ulutil, la terre de toutes les légendes, loin des affres de la guerre, Seïs espère vivre en sécurité… mais peut-on réellement échapper à son destin ?

Critique

Une fuite vers l’avant

Ce quatrième volet porte bien son nom, car nos héros, traqués par leurs ennemis, se voient contraints de quitter Asclépion pour un autre continent. Cela nous permet de découvrir une nouvelle facette de l’univers d’Angel Arekin, toujours aussi sombre !

Mais attention, ce tome est très différent des précédents. On sent comme une coupure dans l’histoire, les frontières entre Bien et Mal se brouillent, les personnages perdent leurs repères.

Bref, c’est le début d’un nouveau cycle et c’est sûrement pour cette raison que Poursuite n’égale pas, à mes yeux, Le lion blanc. Et oui, l’intrigue repart sur de nouvelles bases et j’attends patiemment qu’elle révèle tout son potentiel…

Le tome dédié à Naïs et Seïs

Pour la première fois depuis qu’ils ont emprunté des chemins différents, Seïs et Naïs sont à nouveau réunis. Leurs retrouvailles sont loin d’être simples, cependant. Mais rien ne l’a jamais été, entre eux. J’étais donc curieuse de savoir comment Angel Arekin allait faire évoluer leur relation.

La vérité, c’est que je suis passée par toutes les émotions. Cette intimité qu’entretiennent Seïs et Naïs est à la fois une victoire face à ceux qui ont souhaité les séparer – et dont ils faisaient eux-mêmes partie ! – et un échec, puisqu’ils sont incapables de résister à cette attraction qu’ils ressentent l’un pour l’autre.

Sans surprise, Seïs m’a déçue, tout comme il a déçu Naïs. Mais ce n’est ni un mari, ni un père, encore moins un héros. De lui, j’attendais donc des faux pas et des regrets pour son comportement déviant. Et c’est justement parce que l’auteure respecte la personnalité de ses protagonistes qu’ils nous paraissent vrais. Entiers. Humains.

Par ailleurs, Rayne et l’Autre m’ont beaucoup intriguée, j’ai hâte de découvrir le rôle qu’Angel Arekin leur a réservé pour la suite.

Une intrigue entre passé et présent

Comme dans les volumes précédents, l’auteure se sert habilement des voix de Seïs et de Naïs pour construire son intrigue. Étroitement imbriqués, ces deux points de vue prennent ici tout leur sens, puisque nos héros avancent côte à côte… ou presque !

Angel Arekin utilise d’ailleurs cette double narration afin de créer du suspense. Comment ? Eh bien, en amorçant certaines révélations du côté de Seïs pour, la page suivante, reprendre avec Naïs qui ne sait rien encore de ce qui l’attend… 

Et c’est sans compter les pages noires qui – enfin ! – dévoilent des vérités captivantes. Les liens sont définitivement établis entre cette histoire parallèle et les mésaventures de nos protagonistes. J’avoue avoir dévoré ces passages avec avidité, impatiente de savoir, de comprendre. Et j’en veux plus, c’est certain !

Et il y en aura plus !

L’éditrice, Marion Obry, m’a récemment révélé qu’outre les 6 volets que compte la saga initiale du Porteur de Mort, des spin-offs seront également publiés. Bien entendu, je compte les lire. Tous !

Ne vous y trompez pas : même si je n’ai pas classé Poursuite en coup de coeur, cette saga est l’une des meilleures que j’ai lues ces dernières années. Angel Arekin a un talent unique pour raconter des histoires ; sa plume est immersive, elle vous prend aux tripes dès les premières lignes !

Je vous donne donc rendez-vous en fin d’année pour le cinquième opus qui sera disponible en avant-première à Mon’s Livre.

Du même auteur

Le Porteur de Mort, tome 1 : L’apprenti, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 2 : Tenshin, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 3 : Le lion blanc, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 5 : Le Prisonnier, Angel Arekin