Éditeur : Plume Blanche
Date de sortie : 3 novembre 2020
Genre : dark fantasy

Synopsis

Le sang est une arme.
Celle des Ombres.
Ces créatures sans visage qui détruisent les Hommes.

Quel lien les unit à Kira ? Le seul et unique soldat capable de les anéantir afin de protéger l’espèce humaine, cloîtrée sous terre, régie par la terreur.

Seulement voilà, tout pouvoir demande des sacrifices. Et Ellis, jeune recrue, est désignée pour devenir sa nouvelle Source, celle dans laquelle il plongera sans hésitation pour se nourrir de l’énergie nécessaire pour alimenter son pouvoir… même si pour cela, il doit lui voler sa vie.

Critique

Un one-shot pour patienter

Alors que le dernier tome du Porteur de Mort se fait attendre, Angel Arekin nous propose un nouveau roman de dark fantasy dans lequel elle déploie tout son talent pour créer des personnages torturés.

Est-ce que je me suis laissé tenter ? Bien évidemment ! Est-ce que ce one-shot s’est révélé aussi bon que la saga du Porteur de Mort ? Non, mais cela était couru d’avance. Sachez néanmoins qu’Ombres vaut également le détour !

Quand des monstres dominent le monde…

…l’humanité n’a plus qu’à se planquer sous terre. Voilà l’idée exploitée par Angel Arekin dans ce roman, et je dois avouer qu’elle me plaît énormément. L’univers dans lequel elle nous invite ne ressemble pas à ceux que j’ai l’habitude de visiter, d’autant plus qu’elle mélange magie des Ombres, alchimie et armes à feu. Des voitures sont même utilisées, preuve que la technologie est elle aussi représentée.

L’originalité est donc au rendez-vous, au point de me donner envie d’en apprendre davantage au sujet des Ombres. Quelle est donc leur véritable nature ? Pourquoi attaquent-elles sans cesse les humains ? Que cherchent-elles vraiment ? Autant de questions pour lesquelles j’ai obtenu des réponses.

Quoi qu’il en soit, les Ombres font de parfaits antagonistes. Elles ne sont peut-être pas humaines, mais elles ne sont pas dénuées d’intelligence pour autant. Et lorsqu’est venu le moment d’appréhender leurs motivations, il m’était impossible de m’arrêter de lire…

Une dark romance un peu trop présente

Ce que je recherchais dans Ombres, avant toute chose, c’était de la dark fantasy. Et, rassurez-vous, j’y ai trouvé mon compte. Cependant, dans la première moitié, l’auteure prend son temps pour développer la relation de ses héros, Ellis et Kira, tous deux liés par la magie du sang. Au début, cela ne me dérangeait pas, car leur histoire fait partie intégrante du récit. Toutefois, je me suis bien vite lassée de leurs disputes et de leurs réconciliations. À l’évidence, ils aiment un peu trop jouer au chat et à la souris, ce qui m’a profondément agacée. En outre, j’étais frustrée d’apercevoir un univers captivant en arrière-plan, sans pouvoir y plonger de suite.

Seul point positif : cette romance n’a rien de niais, bien au contraire. Je rappelle que ce one-shot est destiné aux adultes ; nous n’assistons pas aux premiers émois des héros, ceux-ci étant parfaitement conscients de leurs pulsions. Et, honnêtement, ce changement était le bienvenu, même si l’auteure n’échappe pas à quelques stéréotypes les concernant.

Un mot sur les personnages

Angel Arekin utilise la première personne pour nous ouvrir une porte sur les pensées de ses héros. Elle alterne ainsi les chapitres entre l’un et l’autre.

Je dois avouer que Kira m’a immédiatement intriguée en raison de son passé. Après avoir côtoyé les Ombres d’un peu trop près, il en est ressorti marqué, tant dans sa chair que dans son âme. Si son côté bad boy m’a laissée de marbre, j’ai apprécié comprendre ses blessures alors que ses proches semblent refuser l’idée qu’il n’est plus le même depuis son séjour chez les Ombres. D’ailleurs, il s’agit là d’un aspect que l’auteure creuse avec beaucoup d’habileté. J’ai également aimé son ambivalence, ainsi que son incapacité à déterminer si Ellis compte vraiment pour lui ou si seule l’énergie qui habite en elle l’attire. Toutefois, comme il le fait justement remarquer dans le livre, les deux sont indissociables…

Quant à Ellis, Angel Arekin la décrit comme une femme indépendante capable de s’engager dans l’armée pour subvenir à ses besoins. Et au début, c’était particulièrement vrai. Cependant, Ellis se raccroche bien trop facilement à Kira, selon moi. Certes, elle est fascinée par le pouvoir de ce dernier, mais bien vite cet intérêt se mue en obsession. Pour autant, la suivre dans la seconde moitié du roman a été un réel plaisir, tant son rôle devient crucial !

Quand les choses sérieuses commencent

Une fois les enjeux posés, les personnages connus, Angel Arekin se lance dans une intrigue audacieuse en seconde moitié. Celle-ci réserve de nombreuses surprises auxquelles je ne m’attendais pas. L’auteure va de rebondissement en rebondissement, s’appuyant sur un univers à la fois complexe et unique pour mieux nous tromper. L’action n’est pas constante mais la tension monte d’un cran à chaque page et ce, jusqu’au dénouement qui se veut explosif !

Je ne peux vous en dire plus, mais sachez que le sang coulera. Dans quel camp ? Ce sera à vous de le découvrir !

Du même auteur

Le Porteur de Mort, tome 1 : L’Apprenti, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 2 : Tenshin, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 3 : Le Lion blanc, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 4 : Poursuite, Angel Arekin
Le Porteur de Mort, tome 5 : Le Prisonnier, Angel Arekin