Éditeur : Drakoo
Date de sortie : 29 septembre 2021
Genres : fantastiquepost-apocalyptique 

Synopsis

Mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts.

Dans un monde changé en désert, la mer fantôme revient hanter les hommes. Paris en ruines tremble sous l’ombre d’une baleine blanche et seuls les musiciens de l’Opéra parviennent à canaliser sa fureur en jouant pour elle.

Jusqu’au jour où deux voyageurs s’en mêlent : une femme qui danse avec les méduses et un homme au passé trouble. Sont-ils du côté des survivants ou de celui des spectres ?

Critique

Du roman à la BD

Si vous me suivez depuis longtemps, vous avez sans doute déjà remarqué qu’en temps normal je ne chronique pas de bandes dessinées. En effet, il s’agit là d’un format que j’affectionne peu, probablement parce que l’expérience de lecture ne permet pas de s’immerger des heures durant.

Cependant, je n’ai pas hésité une seule seconde à faire une exception lorsque les éditions Drakoo – que je remercie au passage – m’ont proposé en service de presse La Baleine blanche des mers mortes, une BD tirée du roman d’Aurélie Wellenstein. Et oui, bien qu’il m’ait brisé le cœur, j’ai adoré Mers mortes. J’étais donc plus que curieuse de voir son univers adapté. Sachez-le, je ne suis nullement déçue du voyage !

J’en ai pris plein les yeux

Difficile pour moi de vous donner un avis concernant les dessins, c’est pourquoi je préfère vous montrer quelques planches :

Personnellement, je trouve les dessins de Vincent Boiscommun d’une beauté sans pareille. Grâce à des couleurs vives et à une multitude de détails, ce dernier offre une véritable poésie à l’histoire. C’est tout simplement grandiose ! Selon moi, il a su donner vie à cet univers sombre dans lequel perce une lueur d’espoir.

Attention, néanmoins : comme pour le roman dont elle est tirée, la BD contient des scènes très violentes, très sanglantes, notamment par le meurtre d’animaux marins. Pour autant, et même si cela n’enlève rien à la dureté du message, j’ai estimé qu’auteur et dessinateur conservaient une certaine sobriété dans la manière d’amener les choses. C’est simple et percutant – voire choquant pour les plus sensibles, j’en conviens.

Comme un bonus à l’histoire d’origine

Pour ceux qui n’auraient pas lu Mers mortes, sachez que la BD est un genre de préquel. Elle reprend ainsi un personnage phare du roman, Bengale, dévoilant un pan essentiel de son passé. Je l’admets, j’étais plus que ravie de retrouver ce héros (ou anti-héros) et, mieux encore, de découvrir les origines de sa quête. Je ne peux vous en dire plus, si ce n’est qu’il dégage un charisme incroyable, puisant dans sa volonté sans failles pour survivre. Chrysaora, quant à elle, m’était totalement inconnue, mais j’ai apprécié la touche de douceur qu’elle apporte à l’histoire.

Le seul bémol concerne le rythme, bien trop rapide à mon goût. Cela est probablement dû au format, mais j’ai trouvé que le récit manquait de transitions, d’explications, d’approfondissement.

Un goût de trop peu…

Comme je l’ai dit plus haut, je lis peu de bandes dessinées. Je n’ai donc pas l’habitude de me contenter d’une cinquantaine de pages, aussi sublimes soient-elles, ni d’achever ma lecture en moins d’une heure. Résultat : je suis restée sur ma faim !

Heureusement, si vous rencontrez le même problème que moi, vous pourrez toujours vous tourner vers le roman afin de poursuivre cette expérience de lecture inoubliable.

Un message écologique fort

Dernier point à aborder, et non des moindres. C’est bien évidemment ce qui réunit BD et roman. Par le prisme de l’imaginaire, Aurélie Wellenstein dépeint un futur particulièrement lugubre, tant pour les créatures marines que pour la planète tout entière. Cela fait naturellement écho aux préoccupations environnementales de notre époque même si, il faut bien l’avouer, l’humanité n’est pas près de changer. Enfin, qui sait ? Peut-être suis-je trop pessimiste…

De la même auteure

Le Roi des fauves, Aurélie Wellenstein
Le Dieu oiseau, Aurélie Wellenstein
Yardam, Aurélie Wellenstein
Le Désert des couleurs, Aurélie Wellenstein